11 oct. 2013

Hollande tire les ficelles de la justice


 

Dans l’affaire de l’arbitrage Tapie, chaque partie doit choisir son arbitre, c’est ce qu’à fait l’homme d’affaires qui a pris le juge Estoup, l’état et le Crédit Lyonnais ont nommé chacun le leur. Mais les juges considèrent que Bernard Tapie et le juge Estoup étaient amis et que cela a faussé l’arbitrage. Dans l'affaire Bettencourt le juge Gentil nomme une amie (elle a été témoin à son mariage) pour une expertise neurologique qui, en plus, n’est pas sa spécialité, mais ceci est normal , Vous avez dit manipulation !

Depuis l’élection de François Hollande, les affaires judiciaires impliquant l’ancien président Nicolas Sarkozy n’en finissent pas de faire la une de la presse. Hollande souffle sur les braises, mais attention car lui aussi traine des casseroles.


La stratégie anti-sarko de Hollande
La stratégie de Hollande repose sur une cellule qu’il avait mis en place à Tulle. Elle est composé  notamment d’un ex-gendarme (le colonel de gendarmerie Éric Bio-Farina) qu’Hollande utilisait déjà pour ses basses besognes en Corrèze.  Son rôle est de monter en épingle les affaires impliquant Nicolas Sarkozy tout en minimisant celles impliquant le PS. Pour cela, le président a su trouver un allié de poids, une presse qui à 85% est à gauche et qui a bien aidé son élection.
Dès 2008, les journalistes ont fait une propagande pro-Hollande et anti –Sarkozyste. Le point de départ a été le refus par Nicolas Sarkozy de rétablir l’avantage fiscal de 30% d’abattement supplémentaire pour les journalistes. C’est à la suite de ce refus que la presse de gauche entama la campagne anti-Sarkozy. L'avantage fiscal pour les journalistes, supprimé par Juppé et rétabli par Jospin (mais limité à 7 650 euros), a fait débat lorsque Nicolas Sarkozy a souhaité le supprimer. Les syndicats de journalistes notamment de l’humanité ont demandé avant les primaires socialistes à François hollande de rétablir l’abattement de 30% (supprimé par Juppé en 1996). Et comme par hasard, savez-vous qui fût porte-parole des journalistes pour mener  les négociations avec le candidat Hollande, une certaine Valérie Massonneau (plus connue sous le nom de Valérie Trierweiler, en couple avec Hollande à l’époque), accompagnée  d’Audrey Pulvar (compagne de Montebourg).
Mais comme toujours Pépère n’est pas au courant, d’ailleurs alors qu’il avait promis, s’il était élu, de rétablir l’abattement fiscal de 30% au 1er septembre 2012, la promesse est tombée aux oubliettes.
Pour Hollande, il est important d’avoir la majorité des journalistes aux ordres afin de téléguider les affaires et nous faire avaler tous les mensonges de sa politique. 


Les affaires Sarkozy
Il n’y a pourtant pas photo entre le scandale du Crédit lyonnais à 20 milliards d’euros pris en charge par le contribuable et les 180 millions d’euros que soit disant Bernard Tapie aurait récupéré induement, selon l’état PS. Dans l’affaire Tapie, Hollande ne sait plus que faire, après s'être porté partie civile, l'Etat conteste le principe de l'arbitrage devant la justice et maintenant c’est au tour de Bercy de déposer plainte contre Bernard Tapie pour fraude fiscale et insolvabilité. Pour l’affaire Karachi, la seule chose que les juges ont trouvé est un communiqué de l’Elysée de septembre 2011 qui affirmait : « dans l'affaire dite de Karachi, le nom du chef de l'État n'apparaît dans aucun des éléments du dossier ».Pour eux, cela laisserait supposer que Nicolas Sarkozy ait pu avoir connaissance de pièces couvertes par le secret de l'instruction. Ils n’ont que cela à se mettre sous la dent. Pourtant, on pourrait se poser aussi la question : Comment la presse connait-elle tous les détails des affaires judiciaires pendant l’instruction si ce n’est par les juges qui violent eux-mêmes aussi le secret de l’instruction (Ex : l’audition de Nicolas Sarkozy devant le juge Gentil était dévoilée dans la presse en intégralité dès le lendemain) .Cette affaire sent la manipulation du pouvoir actuel à plein nez, en effet au moment de l’affaire Karachi, Sarkozy était en 1995 seulement le porte-parole d’Edouard Balladur.Alors pour quelles raisons, s’agissant de finances occultes de la campagne présidentielle, ne parle t’on jamais du trésorier de campagne René Galy-Dejean et non plus d’une quelconque implication du candidat Balladur. Et bien c’est facile à deviner aucun de ses deux n’a de chances d’ être élu aux prochaines présidentielles, quant à Sarkozy, il est craint comme la peste.

Il y a aussi l’affaire Bettencourt dans laquelle Sophie Gromb, membre de ce groupe de cinq médecins, et rédactrice de la synthèse des travaux, était témoin au mariage du juge Jean-Michel Gentil. De plus aucun des neurologues figurant sur la liste des experts agréés près des tribunaux n’ont été contactés par le juge pour l’expertise. Certains des médecins, ayant fait l’expertise, ont été sommés de se rendre chez la milliardaire et ils affirment que c’est Madame Gromb qui a composé elle-même la liste des experts. On apprend aussi qu’un autre témoin du mariage du juge Gentil, serait la femme du patron du JIRS de Bordeaux. Or cette juridiction était chargée de l'enquête sur la présomption d'abus de faiblesse de Madame Bettancourt. Dans l’incrimination de l’ancien président de la république, on s’aperçoit que l’affaire était cousue de fil blanc, tout d’abord c’est Claire Thibout, l’ex-compable de Liliane Bettencourt qui affirme que Woerth a pu recevoir, comme trésorier de l'UMP, 150.000 euros en liquide pour la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, information qu'elle nie 3 jours plus tard. Trop tard, le parquet de Nanterre a ouvert illico une enquête. Puis en 2011, c'est la juge Isabelle Prévost-Desprez dans un livre « Sarko m'a tuer » qui affirme qu’Henriette Youpatchou (ex-infirmière de Liliane Bettencourt), aurait assisté à des remises d'argent liquide à Nicolas Sarkozy, ce que l’intéressé dément catégoriquement.

On comprend pourquoi aujourd’hui, Nicolas Sarkozy vient d’obtenir un non-lieu dans cette affaire et en plus accordé par le juge Gentil, lui-même...
Le financement de campagne de Nicolas Sarkozy par la Lybie, il s’agirait d’un financement supposé de 50 millions d’euros en faveur de la campagne à l’élection présidentielle de 2007. Pour l’instant, à part le fils Kadhafi qui en a fait la révélation, du début de l’intervention franco-britannique le 20 mars 2011 à la mort de Mouammar Kadhafi le 20 octobre 2011, le chef de l’état lybien n’a jamais évoqué de telles révélations ni présenté de preuves. Et enfin, l’homme d’affaires Takeidine qui avait annoncé détenir des preuves est depuis incapable de les montrer.


Et les casseroles de Hollande ?
Même si les médias sont plutôt discrets, de nombreuses affaires touchent Hollande ou son entourage. Il a pour l’instant adopté la méthode « Je ne sais rien, mais j’aiderais la justice à faire toute la lumière ».
Affaire Teulade ? Il ne savait rien, Affaire Dalongeville ? Il ne savait rien , Affaire Guérini ? Il ne savait rien, Affaire Kucheida ? Il ne savait rien, Affaire DSK ? Il ne savait rien, Affaire Cahuzac ? Il ne savait rien, Affaire Augier ? Il ne savait rien, Affaire «pizza connection» de Robert Navarro ? Il ne savait rien. Je sais que ces noms, à part Cahuzac et DSK ne vous disent rien, que voulez-vous ce sont tous des amis de Hollande, il est donc plus ou moins interdit d’en parler.
Et il y en a d’autres, passons en revue quelques affaires qui concernent les amis de Hollande. Au prochain numéro, vous aurez droit à celles concernant le président irréprochable.
Monsieur Hollande a été durant 11 ans secrétaire du PS, mais il n’a rien vu et rien entendu. Va t’il tenir sa promesse, l’annulation de l’ immunite du chef de l’état, il n’en parle plus. Encore un mensonge.
Nous éviterons de parler des repris de justice entourant le président exemplaire (Jean Marc Ayrault, Harlem Désir) sans oublier  une pensée pour les fils Taubira et Touraine, certainement emprisonnés injustement, mais c’est hors sujet.


Affaire Teulade
René Teulade a présidé de 1974 à 1992 la Mutuelle retraite de la fonction publique (MRFP). Il lui est reproché d'avoir continué à profiter des mêmes avantages (Logements de fonction gratuit, ...) pendant 9 années supplémentaires,  entre 1992 et 2000 pour un montant de plusieurs dizaines de milliers d'euros. En première instance, le sénateur-maire d'Argentat (Corrèze) et suppléant du député Hollande, René Teulade, a été condamné à 18 mois de prison avec sursis et 5.000 euros d'amende pour abus de confiance.
De nombreux plaignants de cette affaire (au nombre de 4000) aimeraient entendre le chef de l’état. En effet, de 1984 à 1986, Hollande était trésorier d’une association présidée par Danielle Mitterrand, hébergé dans des locaux de la MRFP. Entendu par la police en 2006, Hollande a répondu : «  Je savais comme trésorier que l’association était hébergée dans les locaux de la Mutuelle, mais je n’avais pas connaissance des conditions de bail, ignorant même s’il y avait bail ou pas ». Pourtant, bail ou pas, en tant que trésorier, il aurait dû connaitre l’ardoise due à la mutuelle : 156 860 francs.
Le jugement en appel a été repoussé l’avocat de René Teulade étant souffrant. En Italie c'est l'accusé qui se fait hospitaliser pour retarder son procès. Au Parti Socialiste on est moderne, on délègue, c'est l'avocat qui se fait hospitaliser !!


Affaire Cahuzac
Là non plus, Hollande ne savait rien (Voir : En républiquedes menteurs, les amnésiques sont rois)

Affaire Dallongeville
Gérard Dalongeville, ancien maire PS d'Hénin-Beaumont, a été condamné à 4 ans de prison dont 3 ans ferme, à 5 ans d'inéligibilité et à 50.000 euros d'amende. Il a fait appel du jugement car il estime que les détournements de fonds dont il est accusé (un système de fausses factures entre 2006 et 2009 pour un montant qui pourrait atteindre 4 millions d'euros)  étaient pour la fédération PS du Pas-de-Calais.
François Hollande a été appellé comme témoin dans le procès de Gérard Dalongeville, mais ne s’y est pas rendu, contrairement à sa promesse de campagne. Un mensonge de plus.
François Hollande, à la tête du PS n’est pas au courant de ces malversations. Bien sur que non, est-on tenté de répondre. En tout cas, Gérard Dallongeville aimerait l’entendre lors de son procès en appel.


Le baron Kucheida, fédération PS du Pas de calais 
le député-maire de Liévin (Pas-de-Calais), Jean-Pierre Kucheida, qui dirige la plus grosse fédération socialiste de France est dans le collimateur de la justice, après que la Cours régionale des comptes a alerté la justice.Kucheida est visé par une enquête pour «abus de bien social aux fins d’enrichissement personnel et de financement politique illicite» et soupçons de corruption. Face à cette nouvelle affaire, le PS a souhaité réagir et montrer sa fermeté. Une commission d'enquête présidée par le socialiste Alain Richard créé en février 2012 a rendu son rapport  un mois après l’élection de Hollande. Depuis, il semble que Pépère a été touché  d’amnésie et ne plus se souvenir de ses liens avec Jean-Pierre Kucheida.
Finalement, la montagne a accouché d’une souris, Jean-Pierre Kucheida a été condamné à 30 000 euros d'amende alors qu'on lui promettait une inéligibilité et de la prison. Il a été condamné uniquement parce qu'il n'a pas suffisamment justifié une somme de 11 900 euros. Et en plus, il ne doute de rien, il a fait appel.


Affaire Guerini
Jean-Noël Guérini, le président du conseil général des Bouches-du-Rhône est soupçonné d'avoir favorisé son frère, qui possède des sociétés de gestion des déchets dans l'attribution de marchés publics.
Fin 2010, Arnaud Montebourg, avait alerté la direction du Parti socialiste, dénonçant les dérives et recommandait la mise sous tutelle de la fédération PS des Bouches-du-Rhône. Mais en mars 2011, Martine Aubry, première secrétaire du PS, lance une commission d'enquête interne qui précise qu'il « n'y a rien » dans le rapport Montebourg, « pas un élément concret, précis, pas un fait ». Jean-Noël Guérini est blanchi par le PS et il annonce vouloir porter plainte pour diffamation contre Arnaud Montebourg. Il est, malgré les accusations, réélu président du conseil général des Bouches-du-Rhône. As-t’on voulu laver plus blanc que la justice ? (Cela rappelle une autre affaire).

Le 8 septembre 2011, Jean-Noël Guérini est mis en examen pour « complicité d'obstacle à la manifestation de la vérité », « prise illégale d'intérêts », « trafic d'influence » et « association de malfaiteurs en vue du trafic d'influence et recel de trafic » rien que ça. La commission du PS n’a rien vu de tout ça !
Alors que c’est le plus gros scandale du le PS, c’est « silence radio » au PS et Guérini est toujours en place. Là encore, François Hollande ne sait rien, ne voit rien, n’a jamais rien entendu et ne connait personne. Pourtant Hollande ne s’est pas privé de rendre visite à son ami marseillais durant la dernière campagne présidentielle.

Affaire DSK
C’est manifestement l’affaire qui a propulsé Pépère. Si DSK n’avait pas fauté nous l’aurions certainement comme président de la république. Pouquoi s’est-il fait prendre à quelques mois de sa possible élection comme candidat PS à la présidentielle? Pour une fois la presse de gauche n’a pas été muselée, ils ont pu écrire sans retenue sur le sujet. Mais les travers de DSK n’empêchent pas qu’il est considéré comme un brillant économiste et qu’il fait aujourd’hui de nombreuses conférences. Ce ne sera jamais le cas de Pépère.
François Hollande ne s’est jamais expliqué sur son silence à propos de DSK, il a pourtant pris comme directeur de campagne Pierre Moscovici, qui a été un proche de Dominique Strauss-Kahn et la ensuite nommé aux finances. Hollande ne pouvait ignorer le fait qu'il se vautrait dans la luxure.


Affaires Thomas Fabius : appartement et casino
Aprés avoir été condamné en 2011 pour avoir escroqué 90 000 euros, Thomas Fabius, en plaidant coupable, a écopé de 15.000 euros d'amende, dont 10.000 avec sursis, s'épargnant ainsi un procès et une inscription au casier judiciaire. C’est désormais deux autres affaires, dans lesquelles le fils Fabius est impliqué et qui viennent compliquer la république exemplaire de Pépère.

·         Un appartement de 4,4 millions euros, payé 7,4 millions

Alors que son père a déclaré dans son patrimoine détenir seulement 6 millions d’euros, le fils Fabius, s’est offert en 2012 un appartement de 285m2 pour un prix de 7,4 millions euros. C’est d’autant plus étonnant qu’il est sans emploi et qu’il ne paye pas d’impôt sur le revenu. Cet appartement, à l’origine propriété de Claude Zidi a été vendu en 2010 pour la somme de 4,4 millions à Béatrice B.,héritière d’une famille de la grande distribution. Cette dernière revend donc l’appartement 2 ans après, le 19 avril 2012, à la SCI Poopie Woopie, gérée par une jeune Hollandaise, Irma S. (la compagne de Thomas Fabius), le fils du ministre n’apparait pas,  bien qu’il soit le propriétaire de cette SCI.

D’où vient cet argent et pourquoi ce prix exorbitant de 26 000 euros au m2 alors que dans ce quartier de Paris les appartements similaires se négocient entre 15 et 17 000 euros? Voilà ce que se demandent les enquêteurs qui ont été alertés par Tracfin. Et comment, alors que Thomas Fabius ne paie aucun impôt sur le revenu peut-il s’offrir un appartement de cette valeur ? On découvre également que la soeur et le beau-frère de la vendeuse possèdent en Normandie un haras réputé dans le monde des concours hippiques et qu’ils ont longtemps côtoyé un autre propriétaire de chevaux, François Fabius, le frère de Laurent Fabius, décédé en 2006. Le monde est petit.

Le prix d’acquisition était mentionné sur l’acte de vente et Thomas Fabius savait donc qu’il surpayait de 3 millions  cet appartement. Il a versé  3,4 millions au comptant et le solde a été réglé par un prêt bancaire de 4 millions d’euros obtenu auprès de la banque italienne Monte Paschi, remboursable en une fois le 30 juin 2022 et garanti sur la valeur de l’appartement.

·         D’où viennent ces 3,4 millions euros qu’il règle comptant pour l’opération ?

·         Thomas Fabius a-t-il si peu le sens des affaires ?

A moins que cette transaction ne cache une opération de blanchiment. C’est en tout cas une des hypothèses sur lesquelles planchent aujourd’hui les policiers de l’Office central de répression de la grande délinquance financière (OCRGDF).

Et bien moi, je vais vous dire ce que j’en pense
-          imaginez que vous ayez un peu trop d'argent liquide non déclaré... Pourquoi ne pas utiliser une niche fiscale comme par exemple l'absence de taxations de plus value sur la vente d'une résidence principale.

Vous faites d’une pierre deux 2 coups :
- Vous demandez à un ami de vous vendre trés cher son appartement et ainsi vous officialisez une grosse rentrée d'argent (= blanchiment). Le vendeur est exempté de plus value sur sa résidence principale.
- vous n’avez pas le prix total pour payer l’appartement, peu importe, quand on est fils de ... , un banquier ami vous fait un prêt du solde que vous lui remboursez dans 10 ans.(vous n’oubliez pas de donner une petite prime au vendeur pour sa gentillesse...)

·         Affaire Thomas Fabius casino de Monte carlo
L’autre affaire est plus récente, en effet le fils Fabius aurait perdu lors d’une soirée au Casino à Monaco la somme de 700 000 euros en une soirée. Bien que ce soit démenti par la SBM (Société des Bains de Mer), cette dette aurait été annulée et c’est cette annulation anormale  qui a déclenché une enquête judiciaire internationale.   
« détournement de fonds»,« faux », « escroquerie » et « blanchiment », décidemment il commence bien ce jeune.
Thomas Fabius avait l’habitude de dire : « Sachez qu’en France, personne ne peut toucher à un cheveu des Fabius.»  A gauche, ils ont tous les droits.


La «pizza connection» de Robert Navarro, un proche de Hollande
La direction nationale du PS a déposé une plainte contre Robert Navarro, sénateur et vice-président de la région Languedoc-Roussillon, en avril en 2011 pour « abus de confiance ». De nombreuses factures pour des déplacements en avion injustifiés, pour un montant de 90 000 à 100 000 euros, des frais de fournitures, payées par la fédération PS de l’hérault mais livrées au Parlement à Bruxelles, ou des frais de bouche, dont 42 000 euros de pizzas en 2 ans, c’est ce qui a été constaté. L'épouse du sénateur, Dominique Navarro, assistante de François Rebsamen, président du groupe socialiste au Sénat et maire de Dijon, a aussi été mis en examen pour « abus de confiance » et placée sous contrôle judiciaire. Son mari n'a toujours pas été entendu par la justice, mais le Sénat a levé l’immunité parlementaire du sénateur qui a été exclu du PS en février 2010.
Fait troublant en 2012, malgré son exclusion du PS et les charges qui pèsent sur lui, Hollande prend Robert Navarro dans son équipe de campagne. Les affaires judiciaires ne semblent pas embarrasser le PS, même pendant la présidentielle.
Enfin, on sait au moins que les potes à François Hollande ont des goûts simples, ils aiment la pizza, même si l’ex coordinateur de campagne de Pépère, a confondu ses comptes perso avec ceux du PS… 42 000 € de pizzas, c’est pas grand chose…
Là encore Pépère va nous dire qu’il ne savait pas…


Sylvie Andrieux, privée de son investiture pour les législatives
Sylvie Andrieux a attribué les ¾ des subventions à des associations fictives ou en sommeil de sa circonscription dans le but de fidéliser son électorat (en clair elle a acheté ses électeurs à vos frais). Elle a été déclarée coupable de détournement de fonds publics par le tribunal correctionnel de Marseille, et condamnée à trois ans de prison dont 1 an ferme, 100 000 euros d'amende, 5 ans d'inéligibilité et à rembourser avec ses comparses 716 593 euros de dommages et intérêts au conseil régional. Mais rien ne la touche,elle fait appel, ce qui lui permet de conserver son poste de députée apparentée au groupe PS à l'Assemblée nationale, bien que Solférino lui ait retiré l’investiture du parti en mai 2012. Elle a été quand même réelue avec 51% des voix face à un candidat FN.


Christian Bourquin, deux condamnations au compteur
Le sénateur PS Christian Bourquin, également président du conseil régional du Languedoc-Roussillon collectionne les condamnations :

·         En novembre 2010, Christian Bourquin est condamné par la cour d'appel d'Aix-en-Provence à une amende de 5 000 euros pour une affaire de minoration de comptes de campagne.

·         En janvier 2012, il est condamné à 2 mois de prison avec sursis par le tribunal de Bordeaux pour favoritisme dans un marché public qui remonte à 1999.

·         En 2013, la Cour Régionale des Comptes dénonce des "abus" et des "irrégularités" dans l'utilisation des fonds de la région, notamment 130 000 euros d'alcool en 2010, du linge commandé hors marché pour 31 654 euros ainsi qu'un voyage en Chine au devis anormalement élevé ( 103 320 euros).


Quelle sale nouvelle affaire : Mr Hollande doit s ‘expliquer
C’est peut- être les fréquentations de Hollande qui risquent de le perdre. On a constaté qu’il a été poussé par certains lobbies et amis pour passer en force la loi sur le mariage pour tous. En janvier 2013, Pierre Bergé, considéré comme un des financiers du couple Hollande/Royal  disait sur l’antenne BFM plusieurs mois avant le vote de la future loi du « mariage pour tous » : "Nous avons gagné, il n’est pas question que le Président de la République recule sur ce sujet !" QUI COMMANDE DANS CE PAYS ?!!! Monsieur Pierre Bergé ou Monsieur François Hollande ?

Hollande a de curieuses fréquentations , notamment des personnalités impliquées dans des affaires de pédophilie. Une affaire trés ennuyeuse pour le chef de l’état qui risque d’ être dévoilée par les médias, si cela débouche sur un procès. En effet, une nouvelle plaine a pu être enregistrée, quelques jours avant l’élection présidentielle de 2012, avec constitution de partie civile contre Hollande et Moscovici pour complicité de viols en réunion et non assistance à personne en danger, et contre Jacques Lang pour des viols en réunion. Cette fois-ci la plainte n’a pas été classée sans suite, ni perdue. Elle a été jugée recevable et le doyen des Juges d’Instruction a saisi un Juge le 23 mars 2013. L’Instruction est ouverte par le parquet de Paris contre Jacques Lang et Pierre Moscovici pour viol en réunion sur mineur de moins de 15 ans et indirectement contre François Hollande pour non dénonciation.

Depuis aucune information, le plaignant ne veut plus parler (il subit des pressions), l'instruction n'a pas bougé d'un iota. En revanche, dans la plainte pour diffamation lancée par Jacques Lang, c'est nettement plus rapide, puisque le plaignant et le site internet ayant diffusé l'affaire sont tous les deux mis en examen.
 
La république exemplaire : un mensonge de plus
Hollande est de plus en plus cité dans des affaires le concernant directement. Pour l’instant il joue l’amnésique, mais des suspicions apparaissent sur ces déclarations fiscales et sur le statut de sa maitresse, installée à L’élysée aux frais de l’état. Quel tableau aux yeux des français et des instances internationales! Pas sûr que Hollande revienne sur le statut pénal du chef de l’état, comme il l’a promis.

Curieusement, les journalistes n'ont pas l'air intéressé, alors que d'habitude, ils se jettent sur le moindre fait divers. Y a-t-il une chape de plomb aussi lourde que celle qui recouvrait les agissements de DSK dont on sait aujourd'hui que tout le microcosme était au courant....

Encadré :

Les amis exemplaires de Hollande

·         Alain Gouriou (PS) Ancien Député, Maire et Vice-Président du CG des Côtes d'Armor, il a été reconnu coupable d'abus de confiance mais dispensé de peine en 2008.

·         Anne Hidalgo (PS):  Actuelle adjointe au Maire de Paris, elle aurait été condamnée en 2012 à 40 000 € d'amende pour infraction à la législation sur la durée du travail, d'après le syndicat FO CAS-VP.

·         Arnaud Montebourg (PS): Actuel Ministre du Redressement Productif, mis en cause en 2010 pour diffamation. Condamné en mai 2012 pour avoir injurié les anciens dirigeants de l'entreprise Sea France. Assigné en Justice en octobre 2012, alors qu'il est Ministre du Redressement Productif, pour plagiat. Condamné en décembre 2012 pour atteinte à la présomption d'innocence de Guérini.

·         Bernard Granié (PS): Elu d'une intercommunalité condamné en 2011 pour corruption. Peine confirmée par la Cour de cassation en mars 2013.

·         Bertrand Delanöe (PS): Actuel Maire de Paris condamné en 2010 pour atteinte au droit du travail. 

·         Charles Josselin (PS): Ancien Ministre sous Lionel Jospin de 1997 à 2002 et Secrétaire d'Etat à plusieurs reprises, il a été reconnu coupable d'abus de confiance mais dispensé de peine en 2008.

·         Claudie Lebreton (PS) Ancien Maire, Conseiller Régional de Bretagne, actuel Président du Conseil général des Côtes d'Armor, il a été reconnu coupable de prise illégal d'intérêts mais dispensé de peine en 2008.

·         Daniel Zaïdani (DVG) Le Président du Conseil général de Mayotte a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire le 12 juin 2013, avec interdiction de sortie du territoire.

·         Edmond Hervé (PS): Actuel Sénateur, condamné en 1999 pour manquement à une obligation de sécurité dans l'affaire du sang contaminé.

·         Elie Pigmal (PS):  Ancien Maire PS de Saint Estève, condamné en 2012 pour délit de favoritisme.

·         François Bernardini (ex/de nouveau? PS):  Maire d'Istres condamné en 2001 pour ingérence, détournement de fonds publics, abus de confiance et abus de biens sociaux. 

·         François Xavier Bordeaux (PS): Ancien dirigeant du PS bordelais condamné en 2011 pour abus de faiblesse

·         Harlem Desir (PS): Actuel Député Européen condamné en 1998 pour recel d'abus de confiance. 

·         Henri Emmanuelli (PS): Ex Ministre sous les Gouvernements Mauroy et Fabius, actuel Président du Conseil Général des Landes, condamné en 1997 pour trafic d'influence.

·         Ibrahim Tariket (PS): Conseiller Mubnicipal de Clichy condamné à 5 ans de prison ferme pour agression.

·         Jean-Christophe Cambadélis (PS) : Député, condamné en 2006 pour l'affaire de la MNEF.

·         Jean-Christophe Mitterrand: Fils de François Mitterrand, ex conseiller de son père à l'Elysée pour les affaires africaines, condamné en 2009 pour recel d'abus de bien sociaux.

·         Jean-David Ciot (PS): Ni arrêté ni condamné mais visé par la Justice dans la cadre de l'affaire Guérini; affaire à suivre!

·         Jean-François Noyes (PS): Conseiller Général des Bouches-Du-Rhône, mis en examen en 2012 dans le cadre de l'Affaire Guérini pour association de malfaiteurs en vue de trafic d'influence et recel de trafic d'influence.

·         Jean-Marc Ayrault (PS): Actuel Député, condamné en 1997 pour délit de favoritisme. 

·         Jean-Marie Le Chevallier (PS): Actuel Député, condamné en 2003 pour subordination de témoin. 

·         Jean-Michel Baylet (PRG):  Actuel Sénateur du Tarn et Garonne condamné en 2003 pour abus de biens sociaux. 

·         Jean-Paul Huchon (PS): Actuel Président de Région IDF, condamné en 2007 pour prise illégale d'intérêt et en 2011 par le Conseil d'Etat.

·         Jean-Pierre Balduyck (PS): Actuel Député du Nord, condamné en 2005 pour favoritisme a fait appel de sa condamnation. Il est relaxé par la Cour d'Appel de Douai en mars 2006.

·         Jean-Pierre Destrade (PS): Ex élu et Porte Parole du PS condamné en 2005 pour escroquerie et trafic d'influence.

·         Jean-Pierre Maggi (PS): Maire de Velaux, mis en examen en 2010 pour délit de favoritisme mais finalement relaxé en janvier 2012. 

·         Khadija Aram (ex PS): Ancienne élue municipale condamnée en 2011 pour trafic d'influence et abus de confiance. 

·         Laurent Fabius (PS): Ex 1er Ministre sous Mitterrand, mis en cause dans l'affaire du sang contaminé puis relaxé.  

·         Laroussi Oueslati (PRG): Mise en examen en 2010 pour trafic de faux diplômes. 

·         Line Cohen Solal (PS): Actuelle adjointe au Maire de Paris, condamnée en 2011 dans la même affaire que celle touchant Pierre Mauroy.

·         Martine Aubry (PS): Mise en examen pour homicides et blessures involontaires le 6 octobre 2012 dans le cadre de l'une des affaires relatives au dossier de l'amiante. Mise en examen annulée le vendredi 17 mai 2013.

·         Michel Dary (PRG): Ex député Européen, mis en cause en 2010 pour recel d'abus de confiance suivi d'un non lieu prononcé en sa faveur.

·         Michel Delebarre (PS): Ancien Ministre sous Mitterrand, condamné en 2005 dans l'Affaire des Ecoutes Téléphoniques. 

·         Michel Laignel (PS): Condamné en 2006 pour faux, usage de faux, délit de favoritisme, prise illégale d'intérêt, et détournement de fond. 

·         Michel Tonon (PS): Maire de Salon de Provence, mis en examen en 2010 pour délit de favoritisme mais finalement relaxé en janvier 2012. 

·         Mohamed Abdi (PS): Condamné en 2007 pour escroquerie. 

·         Monique Delessard (PS): Actuelle Maire de Pontault-Combaut en 2010 pour mariage illégal.

·         Patrick Sève (PS):  Maire de L'Hay-Les-Roses mis en examen en 2011 pour octroie inustifié de marchés publics et soustraction de fonds publics. 

·         Pascal Buchet (PS): Maire PS de Fontenay Aux Roses reconnu coupable en 2012 de harcèlement moral après le suicide d'une de ses collaboratrice.

·         Philippe Sanmarco (PS): Ancien Député Socialiste des Bouches-Du-Rhône, condamné en 1997 pour complicité de trafic d'influence dans l'affaire du financement occulte du PS, l'Affaire Urba. 

·         Pierre Mauroy (PS): Ex 1er Ministre sous Mitterrand et ex Maire de Lille condamné en 2011 pour emploi fictif. 

·         Pierre Moscovici (PS): Actuel député, condamné en 2001 pour atteinte au droit à l'image.

·         Robert Gaïa (PS): Député du Var condamné en 2002 pour favoritisme. 

·         Ségolène Royal (PS): Présidente de Région Poitou Charente et ex Ministre sous Mitterrand, condamnée en 2008 pour licenciements abusifs.

·         Serge Andréoni (PS):  Actuel Sénateur Maire mis en examen en 2011 pour complicité de trafic d'influence dans le cas de l'affaire Guérini.

·         Yacine Chaouat (PS): Actuel adjoint au Maire du 19ème Arrondissement chargé de la médiation et condamné en 2011 en appel pour violences conjugales.

 
© Pierre Parrillo sur http://pierre.parrillo.over-blog.fr/ 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire