28 juil. 2014

Bienvenue en Diktaturie !



Cela dure depuis plus de 20 ans mais ça se voit de plus en plus,... quoi ? Eh bien la France à sa démocratie qui fout le camp. La France devient un pays où avoir certaines opinions va devenir un délit. 31 personnes arrêtées sur les Champs-Elysées pour avoir sifflé Hollande, Taubira vient de réintroduire les procès politiques. Même en Chine ils commencent à rire... quand ils voient que dans le pays des « droidelom », on interdit les manifs, on persécute les humoristes, on censure les sites Internet et on fait les poches des gens à coup de taxes, impôts et amendes, bref, le seul droit qui reste aux français, est celui de la fermer. Dans une démocratie, la justice poursuit la presse en cas de publication jugée illicite, le site Internet ou le journal prennent un avocat pour se défendre. Dans une dictature, c'est l'administration et la police qui sans avoir besoin de l’avis d’un tribunal, limitent ou suppriment toute liberté d’expression. Dans notre pays, c’est cette deuxième solution  qu’ont clairement choisi Valls et Hollande, avec notamment cette nouvelle loi qui a toutes les chances de passer à la rentrée et qui va permettre les fermetures de sites Internet sans intervention de la justice. Pour l’instant, cela ne concerne que de sites Internet  pédopornographiques et ceux faisant l’apologie du terrorisme. Mais qui nous dit que demain, critiquer Hollande ne va pas être considéré comme un acte terroriste.

On se croirait revenu au temps de l’ORTF, l’époque ou c’était le ministre de l’information Alain Peyrefitte, qui dictait à la seule chaine qui existait, ce que les journalistes avaient le droit de dire. Malgré 1968, 1981, les radios « libres » et la multiplication des chaines de télévision privées et publiques, ce n’est pas mieux aujourd’hui, sauf que le ministre de l’information a été remplacé par le président de la république. Crise majeure, destruction d’un avion par un missile en Ukraine, guerre  entre Israel et le Hamas, la Libye à feu et à sang, les chrétiens d’Irak chassés par les sunnites, hausse constante du chômage, tout cela laisse de marbre l’Elysée et le gouvernement. Puis, tout d’un coup un avion d’Air Algérie s’écrase au dessus du Mali et Hollande se réveille. Un conseiller de l’Elysée nous explique que le président a décidé de se montrer réactif (on se demande pourquoi), il annule son voyage à la Réunion et prend lui-même les choses en mains. C'est lui le chef d'orchestre, il distribue les rôles pour les prises de parole de ses ministres. Hier, c’est lui qui donne son feu vert à la publication des premières photos et vidéos de l'avion écrasé au sol. En 3 jours, Hollande fait 3 conférences de presse sur le crash, on y apprend rien puisque dans son discours, ce ne sont que des questions sur les causes de l’accident. Bref, il cause, il cause et les français ne comprennent pas cette avalanche de prises de parole. Hollande est le nouveau porte-parole du gouvernement, il se pose en président grave, sérieux et légitime! Il a transformé cette catastrophe aérienne en récupération politique. Il en fait des tonnes et des tonnes mais que peut-il faire d'autre, il faut bien qu'il s'occupe. On aimerait qu’il ait la même réactivité sur le chômage, la compétitivité de nos entreprises et sur la baisse des dépenses publiques.

Museler Internet, le nouveau projet du gouvernement
Les français sont en vacances ou occupés par la Coupe du monde de football et par le Tour de France, pendant ce temps, presque en catimini, la commission des lois de l’assemblée nationale a voté mardi le projet de loi de censure d’Internet (œuvre de Manuel Valls) présenté par le  ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve. Ce projet de loi qui va être à coup sûr voté en septembre prochain prévoit entre autres la fermeture administrative, sans autorisation de la justice, de sites Internet. On nous dit que cette loi n’intéresse que le blocage administratif de sites faisant l'apologie du terrorisme, mais il y a aussi d’autres choses. Cette nouvelle loi marque un recul de la liberté d’information en diminuant la protection juridique des journalistes et en aliénant la protection des sources. De nouveaux délits de “provocation aux actes de terrorisme” et d’apologie du terrorisme” sortent du champ de la loi sur la presse du 29 juillet 1881 pour être inclus dans le code pénal et le simple fait de diffuser par internet devient une circonstance aggravante qui fait passer la peine de prison de 5 à 7 ans et une amende de 75 000 euros par rapport à la diffusion sur un autre type de média. Par exemple, un journaliste ou un blogger qui diffuse ou même qui partage un interview d’une personne considérée en France comme terroriste (par exemple un pro-russe ou une personne du Hamas ou du Hezbollah) pourra être poursuivi au pénal et son site fermé administrativement.
L’article 9 du projet de loi prévoit "la possibilité, pour l’autorité administrative, de demander aux fournisseurs d’accès à Internet de bloquer l’accès aux sites provoquant des actes de terrorisme ou en faisant l’apologie.Cette  procédure est opaque : Qui établit la liste des sites à bloquer ? Selon quels critères ? Surtout quand on sait qu’en 2013, plus de la moitié des sites ayant fait l’apologie du terrorisme concernaient des réseaux sociaux. Or, aujourd’hui, Facebook et twitter sont dans l’impossibilité technique de bloquer une page unique de leurs sites.

Ça commence comme ça
Quand on constate la censure de vidéos sur Youtube, de tweets, de pages Facebook, des spectacles de Dieudonné et de certaines manifestations, on comprend que l’on s’enfonce dans la nouvelle France de Valls et de Hollande ou la censure et la dictature sont devenues la règle du jeu. Comme disait l’autre, la France c'est l'Union soviétique qui a réussi. Quand on se permet d'écouter un ancien président de la République pourquoi se gêner. Ce gouvernement  utilise de plus en plus des artifices propres aux régimes totalitaires ! Vous verrez que bientôt les opposants seront appelés des terroristes anti socialisme... ! Ca a commencé par la chasse au Sarko et à la droite en général (voir procès de Cayenne). Pour quelle raison des policiers en civil ont appréhendé 31 personnes sur les Champs-Elysées le 14 juillet ? Leur faute, siffler Hollande à son passage, est-elle semblable aux casseurs ayant détruit du mobilier urbain et des commerces lors des manifestations pour la Palestine. Allons-nous tous nous retrouver sur le mur des cons ?
Demain le simple fait de taper des mots clefs sur un moteur de recherche se soldera par un séjour en prison.
Quand on voit comment est traitée par les médias l'affaire ukrainienne, on comprend qu'une censure d'internet, comme par hasard verrouillerait encore plus l'information. Nous n’aurons plus que le droit aux infos agréées par l'OTAN.

Gare les blogger
Nos politiques n’aiment pas internet qui diffuse des fausses nouvelles mais aussi DES VRAIES, et cela dérange.  Les  socialistes reconnaissent donc que leurs amis juges sont trop laxistes, alors ils font donc appel à des décisions administratives ou de police car là ils sont sûr de la fermeté des décisions. Les français ne sont pas assez intelligents pour faire eux-même le tri dans les informations qu'ils vont consulter. L'état va donc sélectionner à leurs place, ce qui est bon. Comme on l’a vu dans le projet de loi les peines de prisons seront plus lourdes lorsque la diffamation ou l’injure proviendra d’Internet. Les journaux papiers et les radios, déjà sous contrôle, sont favorisés. Moi qui pensait que la liberté d'expression était garantie par la constitution.
Les blogger ne le savent pas, mais vis à vis de la loi, l’état ne les considère pas comme des journalistes. Ils ne sont pas protégés comme le sont les journalistes et notamment concernant les accusations de diffamation et d’injure. Lorsqu’un blogger est convaincu de ces délits, l’amende peut aller jusqu’à 12 000 euros, mais si la victime est de la fonction publique (fonctionnaires, mais aussi président de la république ou ministre), un tribunal, l’armée ou un corps assimilé, l’amende passe alors à 45 000 euros. A ce risque d’amende peuvent s’ajouter des dommages et intérêts qui peuvent se monter à 20 000 euros.

Contournable en un clic
Comme c'est le cas dans les pays pratiquant déjà la censure d'Internet, les internautes utilisent des réseaux privés virtuels (VPN), qui leur permettent de se connecter de façon chiffrée via le réseau d'un autre pays et donc d'échapper aux blocages. Leur utilisation a explosé en France depuis la mise en place du gendarme du piratage, la Hadopi. De nombreux blogger utilisent aujourd’hui TOR, qui permet aussi d'échapper à la censure, gratuitement et en un clic. L'utilisation de Tor explose dans les grandes démocraties, de plus en plus adeptes de la cybercensure
L'internet est le seul moyen de s'informer et de rassembler des foules immenses en quelques jours. On comprend qu'ils en aient peur.

La France franquiste ?
Cabinet noir montant des dossiers contre l’opposition, muselage des médias, contrôle de l'information, enfumage des français, interdiction de manifestations, pression sur le  judiciaire, discours manipulatoire, et même soutien aux régimes d'extrême droite... Sacré Hollande, sacré Valls ! Ils se sont trouvés tous les deux. Et dire que 20% du peuple de gauche continuent à les soutenir mordicus.
Le projet de loi est bien parti pour être validé en septembre, car il est très cher au Premier ministre Manuel Valls. Aujourd'hui, comme pour tous les projets de loi concernant les libertés sur Internet (Hadopi, Loppsi 2, Loi de programmation militaire, etc.), il y a peu d’opposition parmi les élus de tous bords car rares sont ceux qui ont compris le fonctionnement d'Internet. Il y a un fantasme du contrôle d'Internet, que l'on retrouve autant à droite qu'à gauche. Les députés retrouveront-ils la raison d'ici l'examen de la loi et verront-ils Internet comme un espace sur lequel il faut appliquer les lois existantes et non pas en créer d'autres plus strictes.
La liberté n'existe plus en France. Avec ce type de loi, la France prend le chemin des dictatures bananières.

20 juil. 2014

Recherche prisonniers (de droite) pour réouvrir le bagne de Cayenne.



Hollande et Taubira avaient bien commencé la semaine ; le président avec son blabla habituel du 14 juillet et le lendemain,  la justice téléguidée par la ministre de la justice faisait condamner une ancienne militante du front national qui avait eu le toupet de la comparer à une guenon. Pourtant,  quelques mois avant, en octobre 2013, la même ministre était en couverture de Charlie hebdo dessinée en une guenon très ressemblante. Mais le rédac’chef  Charb qui a fait le dessin n’a jamais été inquiété, normal,  il est de gauche, ça change tout, il peut se permettre.  Autre exemple quand un député FDG a comparé Marine le Pen à une grosse truie, la justice n’a pas donné de suite. Début de semaine en fanfare pour Culbuto, avec son pèlerinage au Mont Mouchet le dimanche (il en faut plus pour que les français ne soient pas devant la télé pour la finale Allemagne/Argentine), suivi du blabla habituel et des visions du président le lendemain 14 juillet. Taubira s’est fait remarquer en instrumentalisant le procès de Cayenne, un vrai scandale pour la démocratie. Culbuto, en embrayant ensuite avec son voyage en afrique de l’ouest, pensait bien faire la Une des médias toute la semaine, mais patatras, voilà que les israéliens, palestiniens, ukrainiens et pro-russes chamboulent l’actualité de sa majesté, pourtant si riche.  

Cette semaine, Hollande nous a rejoué son numéro de menteur lors du 14 juillet devant plus de 7 millions de téléspectateurs qui se sont encore laissés prendre, croyant qu’il allait faire des annonces importantes. Nombreux étaient ceux qui attendaient un tournant du quinquennat, comme l’avait annoncé un conseiller de l’Elysée : Le président « veut redonner le sens du quinquennat et sa temporalité ». Après une demie-heure de Culbuto 1er on n’a toujours pas compris ce que cela veut dire.  L'année dernière, pour son intervention lors de la fête nationale, il avait assuré: «La reprise, elle est là.» Un an plus tard, rien.  On espérait que le monarque tirerait à cette occasion les leçons des élections municipales et européennes, mais que nenni. La France coule, les autres pays vont de l'avant et creusent l'écart, mais lui continue avec l’étatisation généralisée. Aux questions des journalistes, il répond toujours la même chose : « tout va bien, le chômage va baisser, les impôts vont baisser, le pouvoir d'achat revient.... » Sa majesté continue de nous prendre vraiment pour des glandus ! qu'il prenne son seau et sa pelle et qu’il parte en wacances !
Du blabla , toujours du Blaba , c'est tout ce qu'il a à nous offrir. Cet homme n'a aucune personnalité. Il doit tous les jours s'étonner d'être président de la république. On se demande comment il arrive encore à s'y retrouver dans ses mensonges. On croyait que notre pays prenait l'eau, mais non ! Le président l'a dit ! Tout va aller mieux très bientôt. Ah bon, il l'avait déjà dit l'année dernière. Alors, c'est que cela ne devrait plus tarder. Ce type est blindé, à un moment,  Pujadas lui dit que Matéo Renzi, le 1er ministre italien a annoncé «  que son pacte de responsabilités était un pacte de stupidités », il ne réagit pas. En tout cas, une chose qui ne change pas, Hollande a la faculté de faire des phrases vides. C’est un grand stratège, un gros malin, il a en fait un seul objectif, c'est sa réélection en 2017.
Je mentirais si je disais qu’il n’a rien annoncé, il a sorti deux nouvelles promesses, la première, celle de recruter des apprentis fonctionnaires dans la fonction publique. Alors qu’il faut dégraisser, Culbuto persiste et personne n’y trouve à redire. La deuxième est de nous ressortir le vote des immigrés, alors qu’il n’a aucune majorité au Congrés pour présenter cette loi. Mais enfin, encore une parole pour énerver et diviser une nouvelle fois les français.
Pourtant,  un nom le rend nerveux, c’est lorsque Pujadas a abordé le sujet Sarkozy, là, il a commencé à bafouiller et à se mélanger les pinceaux.

La haine envers Sarko lui fait perdre les pédales
Est-ce les sifflets sur les Champs-Elysées qui l’ont énervé (31 interpellations sur les Champs contre 10 lors de l'émeute antisémite de dimanche à Paris) en tout cas. Il ne faut pas lui parler de Sarkozy car cela le met dans tous ses états. Pujadas lui demande ce qu’il pense de la mise en examen de l’ancien président.  Là, Hollande change de ton, il devient nerveux et au moment de terminer sa réponse, il commet un double lapsus (révélateurs): «Chacun doit être certain qu'il est prisonnier...(au lieu de présumé) est présumé innocent avant d'être condamné (au lieu de jugé)».
Oui,  parce qu’avec Hollande on est de suite prisonnier et ensuite condamné, pas la peine de juger. Y a plus qu’à ré-ouvrir le bagne à Cayenne.
Les présumés innocents, c’est seulement pour ceux de gauche, n’est-ce pas Cahuzac, Guérini, Andrieux,... ?
Pauvre Hollande, il a tant la haine qu'il en perd ses moyens dès qu'on lui parle d'un meilleur président que lui. Qu'il prenne de la colle et une photo de Sarko pour aller continuer l’œuvre du fameux mur ...mais,  même avec de la colle plein les doigts, il dira que c'était pas lui. Ce n'est pas lui non plus qui demandait à Obama d'influer sur la justice américaine pour baisser l'amende de la BNP-Paribas.
La nouvelle justice de Culbuto et Taubira, c’est condamner sur une intention, pas besoin de commencement de réalisation, ou de préparatifs. Dans le dossier contre Sarkozy, il n'y a rien (voir Le chômage va baisser...., les juges sontimpartiaux..., le chômage va baisser..., les juges sont impartiaux...). Ce dossier est vide, comme tous les autres et se terminera en eau de boudin. Cela s'appelle de l'acharnement. Il s'acharne par peur, c'est aussi simple que cela. Et parce qu’il est en campagne électorale permanente!!
Mais rien de grave pour la gauche ! ils se permettent tout ...
Freud a dit "Le lapsus est toujours révélateur".....

On préfère le poivre de Cayenne à sa justice.
Mardi, nous apprenions que l’ex-candidate FN Anne-Sophie Leclère aux élections municipales de Rethel, avait été condamnée  par le tribunal de Cayenne à 9 mois de prison ferme, 5 ans d'inéligibilité, assortie d'une amende de 50.000 euros pour avoir comparé la ministre de la justice Christiane Taubira à un singe. Les juges ont également condamné le Front national à 30.000 euros d'amende. Le tribunal avait été saisi d’une plainte du parti indépendantiste guyanais Walwari (parti créé par Taubira et son ex-mari en 1992 et dont elle est toujours adhérente).
Le front national a fait appel car Stéphane Rémy, président du tribunal correctionnel, est adhérent au Syndicat de la magistrature (le mur des cons) dont la présidente Françoise Martres, a été mise en examen le 17 février pour injures publiques dans l’affaire du « mur des cons(plaine du FN). Le Front National a fait une demande de récusation du juge, mais elle a été refusée. Le tribunal a condamné lourdement (au-delà des réquisitions) après avoir constaté l’absence des accusés ou de leurs défenseurs lors de l’audience du 15 juillet. L’ex-candidate FN a expliqué qu ‘elle n’avait pas les moyens financiers pour se faire représenter par un avocat, tandis que le Front National, n’a trouvé aucun défenseur acceptant de défendre le parti frontiste. Pour quelle raison, Taubira a-t-elle fait déposer plainte par son parti, alors que c’est elle l’offensée ?  De plus, pourquoi à 7000 kms de la France, alors que le délit s’est passé en métropole ?  On voit bien comment est manipulée la justice, surtout quand les adversaires sont de droite.
Jamais condamnation pour de tels faits n’a été aussi lourde (le maximum constaté a été une amende de  5000 euros pour des cas similaires, mais jamais de prison ferme). On attend pour comparer le jugement de Guy Bedos contre Nadine Morano qu’il a traité de conne dans un de ses spectacles.
Commentant la décision, Taubira s’est permis un commentaire : « On sait bien ce que pense le FN : c'est les noirs accrochés aux branches des arbres, les Arabes à la mer, les homosexuels dans la Seine, les Juifs au four. Voilà les pensées profondes de ce parti ». Elle ne risque pas de plainte, parce qu’avant qu’un juge accepte....
Neuf mois pour insulte raciste et rien pour tous les délinquants multirécidivistes, remis en liberté par la ministre de la Justice.... C’est ça la nouvelle justice gauchiarde. L'indépendantiste n'a jamais été condamnée pour ses propos à l'égard de la République dont elle bénéficie de somptuaires avantages ...
Hormis le FN, personne dans le monde politique ne s'insurge contre cette condamnation.
Et comme son patron Culbuto, Taubira, sur BFMTV y est allée de son lapsus : « je ne commente pas une injus..... une décision de justice »
Ce verdict résume toute la dérive de la justice, accélérée sous Taubira. Cela sent une instrumentalisation politicienne, mais aussi un aspect revanchard malsain, presque raciste, contre un passé colonial, qu’on retrouve chez celle qui est leur ministre.

Taubira n’aime pas la France
Christiane Taubira a réussi, après treize ans de combats, à faire débaptiser l’aéroport de Cayenne qui portait alors le nom de Rochambeau :  il s’appelle désormais Félix Eboué.  En 1944, les américains créèrent un aéroport militaire à Cayenne qu’ils nommèrent Rochambeau en hommage  au maréchal Jean-Baptiste Donation de Vimeur, comte de Rochambeau, commandant du corps expéditionnaire français durant la guerre d’indépendance américaine et compagnon du Marquis de La Fayette. Un concours scolaire est lancé, c’est le nom de Cépérou, chef amérindien du XVII° siècle, qui l’emporte. Pas bon pour Mme Taubira, qui lutte avec son parti contre la colonisation française, l’Etat français et les fonctionnaires français, etc. Son parti indépendantiste porte pourtant un nom amérindien (Walwari) mais aucun autochtone ne se reconnaît dans ce mouvement de noirs et de métis. Ce parti indépendantiste ignore les Amérindiens qui sont les vrais autochtones de Guyane, alors que les blancs et les noirs sont pour eux des colonisateurs. Mais,  au contraire de Mme Taubira et des amis de son parti, les amérindiens ne souhaitent  pas l’indépendance.
Elle a menti pour que Sarkozy, qui voulait l’intégrer dans le gouvernement Fillon (un poste qu'elle refusera), change le nom de Rochambeau en Eboué, en disant que les haitiens avaient été choqués par le nom de Rochambeau. Elle fut toutefois contrainte de choisir Félix Eboué, un guyanais, fils d’esclave, comme se plait à ressasser Mme Taubira alors qu’il est surtout connu comme un patriote français (il gouverna pour le compte de la France, diverses colonies, dont la Guadeloupe et la Martinique, et ensuite le Tchad qu’il rallia au général De Gaulle, puis toute l’AEF en qualité de gouverneur général ; il contribua ainsi grandement à la Libération de la France et fut, à ce titre “Compagnon de la Libération”).  Taubira ne peut pas en dire autant.
Il faut se souvenir que Mme Taubira, qui a passé sa vie à dénigrer la France, est à l’origine de la loi de 2001 “tendant à la reconnaissance des traites et des esclavages comme crime contre l’humanité”. Cette loi évite soigneusement toute allusion à l’esclavage autochtone, au négoce lucratif pratiqué par les rois-nègres qui étaient les collecteurs et les vendeurs d’esclaves et à la traite arabe enfin, la plus nombreuse. Que vise exclusivement cette loi ? La France, évidemment.
En juin 2012, Mme Taubira, député de la Guyane sortante, ne se représente pas et son parti Walwari ne présenta pas d’autres candidats. Le discours électoral de Walwari est anti-Français, anti-Etat, anti-colonialiste,… difficile à concilier avec l’accession de son éminente présidente aux fonctions de ministre de la justice.
Elle est la ministre qui divise le plus les français avec notamment la loi sur le "mariage par derrière", et la réforme de la politique pénale.

Chiche, donnons l’indépendance à la Guyane
Donnons donc l'indépendance à la Guyane, on sera débarrassé de Mme Taubira et de ses amis. L’état économisera des sommes considérables en assistanat social auprès de populations qui nous méprisent. Il y a d’autres régions dans le monde où nos militaires peuvent faire des exercices. Faisons comme le Royaume-uni, l’indépendance mais sans argent. De toute façon, la Guyane est une zone de non droit où les meutres se succèdent aux autres.
En dehors du TGI monocolore, la Guyane dispose de prisons surpeuplées, tellement d’ailleurs qu'on voit mal comment on pourra y mettre Mme Anne-Sophie Leclère, à moins que l’on ré-ouvre le bagne. C’est aussi une criminalité (viols, assassinats, agressions violentes) qui place Cayenne en tête de toutes les villes de France, un chômage à 23% (plus de 42% chez les jeunes). Mais la guyane, c’est aussi des Indiens amazoniens, parfaitement imbibés par l'alcool, qu'on montre aux rares touristes. Mais la Guyane nous a aussi envoyé Christiane Taubira…. Et au train où vont les choses c’est la France qui va devenir la Guyane. Le verdict de Cayenne montre en tout cas cette voie.

13 juil. 2014

Monsanto s’occupe de tout.



Ce qui est étonnant quand on vient de France et qu’on arrive au Brésil dans l’état de Bahia où je vis, c’est la prolifération de la faune et des insectes, encore que beaucoup aient disparu à cause de la chasse faite notamment aux tatous et aux tamanoirs. On y voit tous les jours des espèces oubliées en Europe depuis des décennies comme des crapeaux, des multitudes d’oiseaux de toutes les couleurs et de toutes tailles ( chouettes, vautours, colibris, petits perroquets), et parfois des tatous, des chevreuils, des renards gris. Mais la grande différence avec la France c’est la multitude de papillons et d’insectes. Vous pouvez retrouver certains soirs votre terrasse tapissée de milliers de hannetons. Dans ma fazenda, nous avons hébergé pendant un an une belle chouette effraie toute blanche et près de la maison vit toujours depuis quelques années une famille de chouettes qui a squatté un ancien terrier de tatou. Il y a aussi quelques chauve-souris vampires dans les hangars qui sortent la nuit pour s’en prendre au bétail ou aux chevaux. Ici il n’est pas rare de rencontrer au hasard d’une promenade des serpents (j’ai croisé il y a quelques semaines un boa constrictor d’environ 4 mètres) mais surtout des centaines de cailles. Bref pour un pays pollué par les OGM (le Mato grosso et son soja OGM sont à 2000 kms de chez moi), comme nous expliquent les médias français, le Brésil est un peu comme dans les années 50/60 en France quand il y avait des hirondelles, des coquelicots, ... enfin toute cette faune et cette flore qui a disparu. Il y a la déforestation en Amazonie, mais la France était couverte en totalité de forêts au moyen-âge. Les français critiquent le laisser-aller des brésiliens en Amazonie sans savoir que sur une surface grande comme 10 fois la France, il n’y a qu’une seule voie de communication, le fleuve Amazone. La France fait-elle mieux en Guyane (sur une surface 65 fois plus petite que l’Amazonie) quand il s’agit de chasser les orpailleurs qui polluent au mercure. Non,  la pollution est partout, y compris en France, et à commencer dans votre assiette. Les français pensent sauver la planète parce qu’ils ferment leur robinet, achètent des voitures vertes, mais en même temps ils emmènent leurs enfants au MacDo et achètent des plats surgelés à base de produits génétiquement modifiés parce qu’ils « n’ont pas le temps de cuisiner ». La firme Monsanto (qui veut dire mon saint) est prospère parce que les gens achètent ses produits.

En 2012, aux Etats-Unis, les ruches d’un célèbre naturaliste, Terrence Ingram qui travaillait sur le comportement des abeilles par rapport au Roundup (produit par Monsanto), ont été saisies par le ministère de l’agriculture de l’Illinois. Après plusieurs années de sélection génétique, il avait obtenu que 3 ruches et leurs reines résistent plus d’un an, malgré les épandages de RoundUp dans la zone ou les abeilles récoltent le pollen. Les inspecteurs ont débarqué à l’improviste , ont saisi les 3 ruches en question et ont tué les reines de deux autres ruches. La raison invoquée par les inspecteurs était qu’elles étaient infestées par la loque. Saisi, le tribunal a donné raison à Terrence Ingram, mais trop tard les ruches avaient, soit disant, été détruites.

Un scientifique qui génait Monsanto  
Cette descente des inspecteurs du ministère de l’agriculture a sans doute été commanditée par Monsanto.  En tout cas c’est ce que pense Terrence Ingram qui est persuadé que les 3 ruches n’ont pas été détruites, mais volées par l’administration pour le compte de la firme américaine Monsanto qui, depuis peu, s’intéresse aux abeilles. Terrence Ingram travaillait sur les effets de l’herbicide créé par Monsanto. « Il est certain que le RoundUp tue mes abeilles : en 1996, mes 250 ruches ont été exposées au RoundUp et toutes sont mortes. Depuis, chaque année, je rachète des essaims, chaque année le RoundUp est répandu, et chaque année ils meurent... » Après une sélection, il a réussi à développer des abeilles résistantes à l’herbicide. Comment Monsanto pourrait se désintéresser de cette expérience, alors que justement dans le même temps, cette société vient de racheter Beeologics dont l’activité est la préservation des abeilles. La firme américaine a même organisé un « sommet sur la santé des abeilles » à son siège de Chesterfield.

Monsanto veut contrôler le business des abeilles
Aux Etats-unis les apiculteurs s'inquiètent de la politique du géant des OGM qu'ils considèrent comme un des principaux responsables de la destruction des colonies d'abeilles. Après les semences, les pesticides, les engrais... voilà que Monsanto s’intéresse à la pollinisation , et plus précisément, aux abeilles. Monsanto s’intéresse à la mauvaise santé des abeilles, et explique vouloir les sauver à coup de recherche génétique. C'est peut-être pour cette raison que les 3 ruches de Terrence Ingram les intéressait. Ses recherches semblaient plus avancées que celle de sa filiale Beeologics. Beeologics espère commercialiser un produit qui rendrait les abeilles résistantes au varroa, l’un de leurs parasites les plus destructeurs et contre lequel les apiculteurs sont démunis. Ce marché des traitements pour abeilles est sans doute minuscule comparé à celui des semences ou des pesticides, mais cela permet au moins à Monsanto de s’acheter une image auprès du grand public. En effet, depuis la fin des années 1990 les essaims semblent victimes d’un mal mystérieux, 30 % des ruches meurent chaque année, sans explication apparente, alors que la mortalité normale est autour de 10 %.
Le « sommet sur la santé des abeilles » organisé à Chesterfield par Monsanto ressemblait à une belle opération d’enfumage et notamment pour faire oublier que les pesticides sont les principaux responsables de la disparition des abeilles. Monsanto tente de faire croire qu’ils ne présentent qu’un problème mineur et que c’est le varroa destructor, ce parasite des abeilles, qui serait la menace la plus sérieuse.
En réalité, les abeilles dérangent, car elles posent  la question de la qualité de l’environnement. Elles sont des lanceurs d’alerte et ont été les premières touchées par les pesticides. »

L’importance des abeilles dans le monde
80% des plantes à fleurs sont pollinisées par des animaux et les abeilles sont considérées comme les meilleurs pollinisateurs. 30% de ce que nous mangeons est dans nos assiettes grâce aux abeilles. Sans elles, pas de confiture, ni de jus d'orange, ni de café. Certes la pollinisation se fait aussi avec le vent, mais sans les abeilles les rendements seraient moindres. Sur les contreforts de l'Himalaya, les abeilles sauvages qui pollinisaient les pommiers ont disparu, alors les Chinois sont obligés de le faire eux-mêmes avec un plumeau. Des essais ont été faits pour polliniser des amandiers avec les pales d'un hélicoptère, mais ça a été un échec. Voilà une idée que pourrait reprendre notre président Culbuto : lorsque qu’il pleut, nos politiques sont accompagnés de fonctionnaires porte-parapluie. Quand il ne pleut pas, en les équipant d'un plumeau... ils pourraient servir à polliniser la France. On pourrait même embaucher.
Une étude faites par la Commission Européenne sur 17 pays a montré que 84% des végétaux cultivés n'étaient plus pollinisés. Cette étude, qui a constaté des mortalités différentes selon les pays (33% pour la Belgique, 28,7% pour la Suède, 14% pour la France. En Grèce, en Italie, en Espagne, les pertes sont inférieures à 10%.) s'est penchée aussi sur les causes de la recrudescence du varroa, de la loque, etc..., mais ne s'est bizarrement pas intéressée à la présence de pesticides. Ils sont pourtant considérés comme responsables de l'affaiblissement des colonies et de nombreuses disparitions.

Le vrai danger, ce sont les néonicotinoides
Les apiculteurs ont remarqué que l’apparition de la mortalité importante des colonies d'abeilles coïncide étrangement avec la mise sur le marché d’une nouvelle classe de pesticides à partir des années 1990 : les néonicotinoides. Ils sont produits par Bayer ou Syngenta (par ailleurs producteurs, eux aussi, de semences transgéniques). La firme Monsanto n'en produit pas,  mais elle en enrobe ses semences, notamment celles de maïs OGM.
Les néonicotinoides attaquent le système nerveux central des insectes. Chez les abeilles, une étude a ainsi montré, qu'elles sont désorientées et ne retrouvent plus la ruche.

Comment le maïs OGM tue les abeilles
Avant,  il y avait les plantes alimentaires et les plantes qui repoussent les insectes (par exemple le Neem ou les soucis). On ne mangeait pas ces plantes insecticides, mais on les cultivait pour écarter les nuisibles.
Avec les OGM tout change : une toxine insecticide se reproduit dans l’aliment et agit de l’intérieur. La culture tue les insectes car la plante alimentaire est devenu insecticide. Reste à savoir si, à force d'en ingurgiter, notre corps peut y résister.
Le crime serait presque parfait. Les abeilles cherchent le pollen lourd et nourrissant des plantes mellifères et le mais OGM en produit en plus grande quantité. Seulement, voilà,  on ne peut pas prouver que le maïs insecticide Mon 810 tue les abeilles, car à l'analyse du miel, il n'y a aucune différence par rapport à du pollen de mais organique.
Le miel est propre mais la preuve du crime, c’est le cadavre de l’abeille.  Allez le découvrir dans un rayon de 10 km…

OGM ou mutant?
Trois laboratoires de biologie moléculaire, en Espagne, en Inde et en Italie, ont vérifié le génome du maïs Mon 810 de Monsanto et ils ont découvert que sa description ne correspondait plus au produit. L'ADN a bougé !  Ils ont trouvé notamment un gène plutôt ennuyeux, le NPTII, qui résiste à 2 antibiotiques (kanamycine et néomycine), et qui ne figurait pas dans la carte génétique soumise aux autorités. Comment est-il venu ? Mystère. Cela pose la question du transfert d’ADN, d‘espèce à espèce.
Un scientifique de l’université d'Iéna en Allemagne, en élevant des larves d’abeilles sur du pollen OGM aurait retrouvé le transgène (transféré de la plante) parmi les bactéries de leur tube digestif. Rencontrant un journaliste, celui-ci lui annonça que la publication de sa découverte serait refusée. Le journaliste tenait l'information de Monsanto qui l’avait su avant le chercheur !

Monsanto se met au bio
Le bio aiguise l'appétit de Monsanto et de ses amis. L'allemand Bayer vient d'acquérir l'américain AgraQuest, spécialiste des pesticides biologiques et BASF a acheté Becker Underwood, qui produit et vend des technologies de semences enrobées de micro-organismes. Le suisse Syngenta est  présent depuis 25 ans sur ces produits avec Bioline. Quant à l'américain Monsanto, il vient de s'allier au danois Novozymes, numéro 1 mondial des enzymes alimentaires et industriels.
Les grands de l'agrochimie comme Monsanto s'intéressent de plus en plus aux solutions de lutte biologique sous le regard inquiet du ministre de l'Agriculture (Le foll) qui veut préserver le savoir-faire français dans ce domaine. En effet, les acteurs français du bio sont convoités par les grosses sociétés étrangères. On a vu Monsanto racheter des sociétés pour les couler, disent certains spécialistes. Le biocontrôle en France manque cruellement de moyen pour sortir des produits efficaces et homologués.
L'arrivée de ces géants inquiète Stéphane Le Foll. Et comme tout bon socialo, il croit au père noël : "Face aux géants de la chimie, il faut qu'on crée des géants du biocontrôle". Il n'a pas encore compris, comme son patron Culbuto, que la France est paralysée parce que les entreprises se heurtent à des forteresses administratives et fiscales.
Il n'a pas compris non plus que ce qui intéresse ces géants de l'agro-industrie, ce sont les brevets car la fabrication se fera ailleurs, là ou les salaires sont plus bas. Ou peut- être, ils veulent juste les brevets pour arrêter toute production bio et continuer à empoisonner les populations .
Non l'ambition, c'est tout le monde chez Macdo.

On retrouve toujours les mêmes
Avec Bill Gates et Rockefeller, les fabricants de biotechnologie (Monsanto, DuPont, Dow, Syngenta,...), financent un projet en Afrique pour diffuser leur OGM. De nombreuses semences OGM contiennent des composés hautement toxiques de glyphosate, qui,  cela a été démontré,  sont dangereux pour les humains et les animaux. Des tests ont montré que d'infimes quantités de ces composés produisent des anticorps contre les spermatozoïdes (Voir : ON EST BIENDANS LA MEEEEEEEEEEEEEERDE ! ). De cette façon, ils ont produit en réalité un contraceptif caché. De là à appliquer cette technique à d’autres semences, riz, mil, sorgho, pomme de terre, etc... et le tour est joué. Et ce maïs modifié génétiquement est fourni aux populations affamées du Tiers Monde, grâce à la générosité des fondations Gates, Rockefeller et de l'AGRA de Kofi Annan. Voilà encore une idée de ces esprits détraqués par le fric...
Monsanto, les fondations Gates, Rockfeller et Syngenta ont construit une banque des semences, dans l’archipel norvégien de Svalbard dans l’océan arctique. Ils ont prévu d’y stocker jusqu’à trois millions de variétés de semences bio provenant du monde entier. A la première catastrophe climatique ou grosse pénurie, ils pourront les vendre très cher aux agriculteurs. Et puis,  s’il y a pénurie, il sera facile de produire des semences transgéniques. Monopole, pouvoir, argent.

Faut-il interdire Monsanto ?
L’industrie agro-alimentaire vient de réaliser soudain que sans les abeilles qui pollinisent les fleurs, les plantes, OGM ou non auront un rendement faible. Du coup, Monsanto en profite pour essayer de se refaire une image "d'amis de la nature". Le site Internet de Beeologic (désormais filiale de Monsanto) ne parle pas du tout de l'usage des néonicotinoïdes pourtant le plus grand responsable de la surmortalité des abeilles.
Monsanto vend ses produits parce que les gens en consomment, leur but est juste de faire du fric. Les agriculteurs en achètent parce que les consommateurs achètent des fruits et légumes chimiques. Mais personne n'est prêt à ne plus acheter ces fruits.
Que faut-il faire ? interdire Monsanto en France et en Europe. Derrière Monsanto, il y a Rockfeller et nos politiques ne prendront pas le risque de désobéir.
Et pour mieux se faire accepter Monsanto (le loup) a décidé de se déguiser en agneau.