27 mars 2014

Comment Obama va couillonner Hollande et l’Europe


Hollande s'est fait élire sur des mensonges ("le changement c'est maintenant") : réforme du système bancaire, baisse des dépenses publiques, lutte contre la corruption et l'immoralité publique, arrêt des guerres extérieures    (retrait d'Afghanistan), lutte contre le chômage et les inégalités sociales. Et qu’avons-nous vu depuis presque deux ans?: les réformes bancaires, on en parle plus, la lutte contre la corruption s'est muée en affaire Cahuzac, la lutte contre les déficits publics, il n’a fait que les augmenter. Sur le plan économique et sur l’emploi, il nous montre tous les jours sa totale incapacité. Quant à la politique étrangère, c'est une calamité : cirage de pompes avec des dictatures moyenâgeuses comme l'Arabie Saoudite ou le Quatar; engagement dans de nouveaux conflits armés au Mali, en Centrafrique, intervention évitée de justesse contre la Syrie. Et le pompon de Hollande : engagement dans le coup d’État ukrainien par des milices néo-nazies, l'installation d'un gouvernement fantoche non élu et sa réception au sommet de l'UE auquel il participait! S'il aime autant l'extrême-droite, il va être servi ! Il est grillé, carbonisé, plus personne ne veut de lui. Finalement, le problème ce n’est pas si Ayrault doit partir ou rester, mais c’est Moije 1er lui-même qui doit démissionner. Mais il y a plus grave, Culbuto est devenu le bon toutou d’Obama. Voici ce que nous prépare la soumission absolue et humiliante à Washington de notre président.

 Avec la visite du président chinois Xi Jinping, Hollande va nous montrer une fois de plus comment il se prosterne devant les grands dirigeants (Bruxelles, Washington, Moscou, Berlin). Il va encore baisser son froc avec les chinois. C'est la Chine qui devrait s’agenouiller devant les Français, car c'est elle qui a besoin de nous vendre ses merdes, et non l'inverse. Le déficit du commerce extérieur de 25 milliards d'euros pousse Culbuto à supplier les chinois d'acheter nos produits. Le président chinois ne demande pas mieux, on est en train de vendre à la Chine ce qui reste de notre industrie, de la technologie de pointe qu'elle va se dépêcher de copier pour fabriquer chez elle à bas coût et faire crouler les industries qu'elle n'aura même pas besoin d'acheter. Quel est l’intéret quand on sait que cela ne créé aucun emploi en France et que, s’il y a des dividendes à récupérer, ils sont payés en monnaie de singe, le Yuan. Airbus (société européenne et non française) a signé un contrat de 18 milliards d’euros pour des avions qui seront assemblés en Chine sur 20 années (même pas 1 milliard par an). Voici ce que dit un internaute travaillant pour Areva : « Seuls ceux qui ont déja "commercé" avec la Chine (j'en suis et pour plusieurs tranches de centrales nucléaires) savent que ces gens ne nous paieront JAMAIS RIEN. Pour eux, c'est un honneur qu'ils nous font de nous passer des commandes. Vous ne voudriez tout de même pas qu'en plus ils réglent les factures ? Je ne reviens pas sur les conditions de "vente" des deux centrales (daya bay et ling ao). Mais si j'avais un conseil à donner aux industriels français, ce serait de laisser ces "clients" là à la concurrence. Mais bon, au bout, c'est le contribuable qui casque, alors au diable les varices ! »
Nos politicards, qui ne connaissent rien à l’économie prennent pour argent comptant les statistiques bidonnées de croissance des cocos chinois et des banquiers anglais de Hong Kong. Il ne viendrait pas à l'esprit de nos énarques qu’il suffirait de ne plus acheter les merdes chinoises au lieu de leur donner pour rien nos technologies et de consacrer ces 25 milliards à la reconquête de notre marché domestique et faire ainsi travailler des milliers de travailleurs de notre pays! Mais il y a pire avec ce que nous prépare Culbuto en catimini, le piège de l’accord UE/USA.

Le piège de l’accord transatlantique
Ayant échoué avec les chinois, les Etats-unis sont maintenant engagés dans un accord de libre échange avec l’Europe. Les 28 états ont mandaté (Un mandat dont le texte officiel, frappé du sceau du secret, n’existe qu’en anglais.) Bruxelles pour aboutir à un accord avec les américains.

« Quelque chose doit remplacer les gouvernements, et le pouvoir privé me semble l’entité adéquate pour le faire. » Cette phrase de David Rockefeller au magazine américain Newsweek, le 1 février 1999, explique ce qui se passe depuis une trentaine d’années dans ce que l’on appelle la mondialisation, à savoir déléguer au secteur privé la maîtrise des choix, c’est l’objectif du patronat et des milieux financiers. Depuis juillet 2013, un accord de partenariat transatlantique (APT) négocié entre les Etats-Unis et l’Union européenne, prévoit que les législations en vigueur des deux côtés de l’Atlantique devront se plier aux normes du libre-échange, sous peine de sanctions commerciales pour le pays contrevenant, ou d’une réparation de plusieurs millions d’euros au bénéfice des plaignants. En cas de désaccord, c'est le Cirdi, un tribunal d'arbitrage sis à Washington et dépendant de la Banque mondiale (appartenant à Rothschild, Rockfeller et consorts), qui sera juge. Lorsque le traité transatlantique sera ratifié, le Conseil constitutionnel et les tribunaux français n'auront plus leur mot à dire. Plusieurs pays se mordent déjà les doigts d'avoir signé pareil traité de libre-échange, qui, sous prétexte de protéger les investisseurs, permet aux firmes privées d'attaquer les pouvoirs publics, et au droit privé de primer sur le droit national.

En avez-vous entendu parlé ?
Le 14 juin 2013, les gouvernements de l’Union européenne, ont demandé à la Commission européenne de négocier avec les Etats-Unis la création d’un grand marché transatlantique, à savoir confier aux firmes privées la possibilité de décider des normes sociales, sanitaires, alimentaires, environnementales, culturelles et techniques. Si cet accord est  adopté, cela s’appliquera non seulement aux Etats de l’UE, donc en France, aux Régions, Départements et communes. Et il en sera de même dans les 28 états de l ‘Union Européenne

Ce traité dont Culbuto (entre deux petits fours) a récemment dit devant Obama qu'il souhaitait sa ratification : « Nous avons tout à gagner à aller vite. Sinon, nous savons bien qu’il y aura une accumulation de peurs, de menaces, de crispations. » Du moment qu’il a obtenu son exception culturelle pour ses amis artistes, peu importe que le reste soit passé au karcher : agriculture, environnement, énergie, aéronautique, automobile, services, contrats publics, normes, etc. Ça va saigner!
 Les tractations piétinent (l’Allemagne et le Danemark freinent, heureusement) concernant surtout le règlement des différends qui a été repoussé après les élections européennes. Mieux vaut tenir la populace à l'écart : elle serait capable de comprendre que c'est dans ses poches que les multinationales vont se servir ...

Que va inventer Hollande pour éviter le sujet ?
Alors qu’il y a quelques mois le gouvernement socialiste n’était pas très chaud sur cet accord, Hollande est revenu de sa visite conquis et même pressé de signer. Il serait bon que les partis politiques soient questionnés sur ce problème. On pourrait presque comprendre le PS et l’UMP, pro-américains depuis toujours, mais comment accepter le silence du Front national et du Front de gauche qui n’abordent pas le sujet. Il faut réveiller les candidats à l’élection européenne, car sitôt élus, on va leur coller sous le nez cet accord à approuver sans qu’ils en connaissent les conséquences réelles. Mais c’est ce que cherche Culbuto, obéir à son nouvel ami Obama et il va bien nous trouver quelques fausses affaires (du genre des écoutes) pour que le bon peuple ne se pose aucune question.

Quels sont les risques ?
On se souvient que Sarkozy en interdisant la fracturation hydraulique pour extraire les gaz de schiste par la loi de juillet 2011, a rendu  caducs les permis de forer en France pour Total et le pétrolier texan Schuepbach. Ce dernier avait attaqué en justice, mais le Conseil constitutionnel l'avait envoyé bouler. Avec le nouvel accord, non seulement il va retrouver son autorisation, mais il pourra aussi réclamer des indemnités à la France. Le contribuable devra sortir la monnaie. En Uruguay, le Président, un ancien cancérologue, avait mené une vigoureuse campagne anti-tabac. Philip Morris, s’estimant bafoué, réclame à l'état uruguayen une indemnité de 2 milliards de dollars. Le Cirdi rendra son jugement l'an prochain. Le Canada a reçu 30 demandes d’indemnisation et a perdu 30 fois face aux entreprises américaines.

Comme pour l'interdiction de la fracturation hydraulique, les états ne pourront plus légiférer librement. Les multinationales sont extrèment puissantes (Si Shell était un état, son PIB le placerait au 26ème rang) et elles n’hésiteront pas à utiliser des procédures pour contester des politiques d'intérêt public.
Nous serons avalés tout crus, avec la complaisance de nos gouvernements faibles et vendus. Quand on se rappelle la dernière visite rampante de Culbuto à Washington, ce n’est pas lui qui va nous défendre. Comment a-t-on pu en arriver là ?

Les américains vont se requinquer
Washington tente de satisfaire le gros appétit de ses industriels pour le marché européen mais ne lache rien sur les mesures protectionnistes induites par le célèbre « Buy American Act » (législation obligeant à acheter américain).

Les américains ont trouvé là le moyen de se réindustraliser à bon compte, l'EU étant le marché tout trouvé pour leur production. C’est un remake du « plan Marshall » que les Européens payèrent largement et qui permit aux Etats-Unis d'établir leur puissance. Alors que leur économie va mal, ils ont trouvé en Europe avec cet accord et en Asie (avec l’accord trans-pacifique, que la Chine a refusé) un marche-pied tout trouvé pour qu'ils se refassent... pour 20-30 ans!
Ne vous faites pas d’illusion, les Américains ne partageront pas, comme semblent le croire Hollande et les dirigeants européens. Ces derniers veulent nous faire passer la pilule en prétextant des créations d’emplois et une hausse du PIB. L'Histoire démontre qu'ils n'ont jamais partagé. Pourquoi changeraient-ils ?

 Même sans l’accord, nous sommes déjà pris au piège
Les américains ont déjà nettement influencé la politique de la concurrence de Commission Européenne: Validation des OPA hostiles, aides d’Etat interdites… Ils ont même poussé à réintroduire l’AMI (Accord multilatéral sur l'investissement) qui avait pourtant été rejeté en 1999. Cet accord permet à des multinationales de réclamer un dédommagement pour un profit qu’elles n’auraient pas pu faire du fait de la politique d’un Etat. Comme par exemple la société suédoise Vattenfall qui vient de réclamer à l’Allemagne 3,7 milliards d’euros en compensation de la perte de profits liés à l’abandon de la construction de deux centrales nucléaires, du fait de l’abandon de la filière par le gouvernement.

A Chypre, un fonds de placement référencé en Grèce, Marfin Investment Group, impliqué dans une série de prêts douteux, réclame à Chypre 823 millions d’euros en compensation d’investissements perdus, suite à la nationalisation de la Laiki Bank, qui figurait dans l’accord de restructuration de la dette passé avec l’Union européenne.
En Espagne, 22 entreprises, pour la plupart des fonds d’investissements, poursuivent le gouvernement devant des tribunaux internationaux pour des suppressions de subventions aux énergies renouvelables. Seuls les investisseurs étrangers ont la possibilité d’ attaquer en justice. Si ces entreprises gagnent, ce seront les citoyens espagnols, déjà largement affectés par la crise, qui paieront pour enrichir ces fonds d’investissements.

Les pays européens ont été épargnés par ces réclamations d’investisseurs qui touchaient plutôt les pays en développement. Avec l’acceptation de Bruxelles de ratifier l’AMI, les entreprises et avocats spécialistes de l’investissement se sont tournés vers de possibles opportunités de profits en Europe.
 et ce n’ est qu’ un début …!

Il y a certainement d’autres choses cachées
Une fuite récente sur le texte de l’accord transatlantique nous révèle que des nouvelles dispositions limiteraient le pouvoir des gouvernements en matière de service public, de transports, de santé ou d'éducation.

Mais on apprend aussi que le traité modifierait les droits d'auteur pour tous les contenus émanant des grosses sociétés qui seraient garantis pour une durée surprenante de 120 ans. Il permettrait également de transformer les fournisseurs d'accès internet en Big Brother avec un véritable pouvoir policier capable de contrôler l'activité des utilisateurs, de supprimer du contenu (Il va falloir écrire des blogs culinaires pour ne pas subir la censure!) et de priver les utilisateurs de l'accès à internet. Il autoriserait aussi Big Pharma à continuer à exercer son monopole sur les tarifs des brevets, ce qui permettrait de bloquer la vente de médicaments génériques moins chers. Les taxes sur les transactions financières seraient interdites.
Que ce soient les conflits aéronautiques Boeing-Airbus, les conflits sur les OGM ou ceux qui concernent les traitements de la viande de bœuf  et de la volaille par exemple, ce sera à nous contribuables de payer.

La dictature des multinationales est quasi en place, il sera bientôt trop tard
A moins que vous ne préfériez manger du veau aux hormones américain, des OGM, regarder les séries TV insipides et que la disparition de toutes les règles sanitaires qui défendent notre agriculture, notre qualité et notre art de vivre, pour n’être plus qu’une zone de sous-traitance de l’industrie américaine, vous indiffère complètement.

Les négociations Europe-US sur le libre-échange vont-elles continuer à être menées en secret ? A vous de réagir avant qu’il ne soit trop tard.
Et cela tout est rendu possible parce les français ont élu l’homme de la situation., une carpette qui manque d’autorité. Obama a trouvé son meilleur allié. On comprend pourquoi le Bilderberg à choisi le 21 avril 2012 que ce serait Hollande le président.

Encadré :
Besançon demande l’arrêt de la négociation

Une municipalité qui a compris les dangers pour les communes du grand marché transatlantique voulu  par le gouvernement français demande l’arrêt des négociations.  
Le maire de Besançon vient de publier un arrêté municipal déclarant que si ce traité était signé, il serait très compliqué d’imposer du 100% de nourriture bio et locale dans les restaurants scolaires et de défendre une régie municipale pour la distribution d’eau et la production d’énergie car ces biens seraient privatisables. Toute  municipalité s’y opposant pourrait être accusée d’entrave à la liberté de commerce.

Les élus de la ville de Besançon demandent au Président de la République et au Président de la Commission Européenne :

·         La diffusion publique immédiate de l’ensemble des textes relatifs aux négociations du TTIP qui représentent une attaque sans précédent contre la démocratie.

·         L’ouverture d’un débat national sur l’ensemble des accords de libre-échange impliquant la pleine participation des collectivités territoriales, des organisations syndicales et associatives, des organisations socioprofessionnelles et des populations.

·         L’arrêt des négociations sur le Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (TTIP) dit Grand Marché Transatlantique tant que la représentation nationale n’aura pas approuvé cet accord. »
Y aura t-il d’autres collectivités pour dire à Hollande qu’il outrepasse ses droits ?

A l’avenir, les gamins auront le choix entre un hamburger coca ou un cheeseburger coca, c’est comme cela que l’école  va les initier à la liberté du commerce dès leur plus jeune âge.

 

21 mars 2014

Faut-il conserver la pédale de gauche ? ( lecture Conseillée même aux fanas de vélo.)


En 1900, la plupart des autos étaient électriques et ne polluaient pas, puis vint les magnats du pétrole qui poussèrent les constructeurs à fabriquer des voitures à moteurs à explosion. Plus aucune étude ne fut faite sur les moteurs électriques dont la technologie n’a que peu progressé depuis. De nombreux chercheurs s’activèrent pourtant sur les moteurs à eau ou à énergie libre (voir : ces inventions qui dérangent). Tous leurs brevets furent muselés par les politiques et par les industriels. Il ne faut pas parler de l’énergie gratuite, même sur un petit blog comme le mien, les réactions sont souvent violentes, il existe encore beaucoup d’ignares qui préfèrent dire « ça n’existe pas» plutôt que « je ne sais pas ». Nos dirigeants nous promettent un avenir avec des voitures avec piles à combustibles et réservoirs d'hydrogène, des bombes roulantes alors que depuis près d'un siècle le moteur à carburant gratuit existe. Au cours de l’été 1931, une automobile Pierce Arrow Eight fit des essais dans la campagne entourant la ville américaine de Buffalo. Son moteur avait été déposé pour être remplacé par un  électrique de 80cv, ne laissant que l’embrayage, la boite à vitesses et une batterie 12 volts. Pour faire fonctionner le moteur électrique de cette voiture, le Dr. Tesla mettait sous le tableau de bord une caisse pas plus grande qu’un poste radio composée de 12 tubes à vide, des résistances et du cablage. Deux tiges de 0,6 cm de diamètre et 7,6 cm de long étaient connectées aux câbles reliés au moteur. Une fois connecté, le moteur électrique se mettait à fonctionner. Pendant plusieurs jours, Tesla et son chauffeur parcoururent la campagne parcourant plusieurs centaines de kilomètres en poussant des pointes à 145 km/h, sans aucun carburant et sans recharger la batterie. Le système de Tesla était capable de fournir indéfiniment de l’énergie gratuite à la voiture, mais bien plus que cela,  il pouvait satisfaire aux besoins de toute une maison. le Dr. Tesla avait inventé un récepteur d’énergie qui serait bientôt utilisé pour propulser des trains, des navires et des avions, autant que des automobiles et pour fabriquer l’électricité de nos maisons. Et tout cela pratiquement gratuitement. Enfin, c’est ce qu’il croyait.

La fameuse voiture ne fut jamais exposée, la Westinghouse Corporation qui employait Tesla l’installa à ses frais à New york, à l’hôtel New Yorker, le plus moderne et le plus luxueux de la ville. Il vécut gratuitement pour le restant de ses jours dans « cette prison dorée ». Tesla fut employé pour des recherches dans le domaine de la radio et il ne fit plus aucune allusion concernant l’énergie libre. Westinghouse (Aux Etats-unis, le spécialiste des centrales nucléaires) a-t-il acheté le silence de Tesla? Ou ce dernier a-t-il été payé pour poursuivre des projets secrets ? Finalement, l’inventeur et son assistant remisèrent la voiture au garage et l’y laissèrent. La presse se saisit de l’affaire, des reportages embrouillés parurent sur plusieurs quotidiens faisant passer son inventeur pour un fou. Meurtri, Tesla se réfugia dans son laboratoire de New York avec sa caisse à tubes mystérieuse. Ainsi prit fin la brève incursion du Dr Tesla dans le domaine de l’automobile.

Pourtant nos constructeurs se creusent la tête
Lorsque j’étais en France, au début des années 2000, j’ai assisté, avec de nombreux confrères, à la présentation par   Fabien Lecler de son moteur fonctionnant avec de l’hydrogène fabriqué chimiquement à partir d’eau, mais peu firent paraitre un article sur le sujet. La solution de fabriquer l’hydrogène à bord du véhicule est nettement moins dangeureuse que ce que nous promettent les constructeurs et les gouvernants, à savoir faire le plein d’hydrogène compressé et rouler au volant de bombes roulantes.
Depuis des décennies les constructeurs, avec leurs armées d’ingénieurs, cherchent mais ne suivent pas la bonne piste. Ainsi avant, nous avions les berlines, les coupés et les cabriolets, maintenant, nous avons en plus les vrais et les faux 4x4, les monospaces petits ou grands, les berlines coupé, les coupés berlines. Il ne manque plus que la monoplace 5 portes et la traction avant à moteur arrière qui n’ont pas encore été inventés. Il y avait les voitures avec chauffeur, maintenant, vous restez dehors et vous la pilotez avec votre smartphone, et même dans certains cas, plus la peine de la conduire, elle se pilote toute seule.
Peugeot travaille sur une voiture à air comprimé, mais pour faire fonctionner le compresseur, il faut un moteur essence. La palme revient à notre constructeur franchouillard Renault. Leur système c’est la mise en place dans la voiture d’un réformeur qui fabrique l’hydrogène à partir d’eau (jusque là tout va bien ! ). Intéressant non, et avec quoi fabrique t-il cet hydrogène, je vous le donne en mille, Emile ? eh bien avec de l’essence, et oui, il faut continuer à faire le plein à la station. En plus, c'est une usine à gaz car le reformage s'effectuant à haute température, vous serez obligé d’attendre plusieurs minutes  avant de mettre en route le moteur. Quant aux voitures à hydrogène sur lesquels travaillent BMW, Fiat, Honda, Ford, Mazda et Mercedes, ces véhicules sont équipés de réservoirs d’hydrogène sous forme liquide à -253 °C (obligation de compresser l’hydrogène car 5 à 7 kilos sont nécessaires pour assurer une autonomie supérieure à 500 km, car non compréssé 1 kg d'hydrogène représente un volume de 12 m3.). Son injection dans le moteur nécessite de le réchauffer entre le réservoir et le moteur. (bon courage !). Les constructeurs ont de gros moyens et des centaines d’ingénieurs pour travailler sur l’énergie libre, mais ils ont des ordres d’en haut de ne pas s’y intéresser.

 Qui était Tesla ?
Nikola Tesla est né en 1856 en Croatie, il émigra à New York en 1884. Comme je le rappelais dans un précédent sujet (Voir : Ces inventions qui dérangent) Nikola Tesla a déposé plus de 1000 brevets dont un générateur d’électricité sans carburant. Le procédé est un moteur qui tire son énergie par des aimants permanents dont les pôles sont mis en opposition dans un rotor (Voir Vidéo). Ces moteurs tournent par eux-mêmes sans aucune énergie extérieure, couplés  à un générateur, ils produisent de l’électricité. On peut utiliser ce système pour équiper une voiture, électrifier son domicile, etc... Rappelons qu’il est aussi l’inventeur du moteur asynchrone, qu’il a introduit l'utilisation du courant alternatif, mono et multiphasé, et inventé la célèbre bobine à induction qui porte son nom.
Mais son invention la plus extraordinaire fut quand, en 1890, Nikola Tesla découvrit que l’énergie électrique pouvait être diffusée (sans passer par des fils) autour de la terre dans une zone atmosphérique comprise entre la surface de la planète et l’ionosphère, à environ 80 km d’altitude. Cette énergie se diffuse par des ondes électromagnétiques de très basse fréquence, autour de 8 Hz, se propageant pratiquement sans perte vers n'importe quel point de la planète. L’idée maîtresse de Tesla était que la Terre, avec son atmosphère formait un immense condensateur dans lequel il suffisait de puiser de l’énergie électrique, à condition d’avoir le récepteur adéquat. Pour le prouver, Tesla alluma 200 lampes (10.000 watts en tout) à 40 km de distance de la source d'électricité, sans fils de connexion. On peut affirmer que Tesla a été le plus grand génie inventif du vingtième siècle, peut-être le plus grand depuis Léonard de Vinci.


Comment fonctionnait sa voiture ?
La voiture de Tesla fonctionnait tout simplement avec un moteur électrique couplé à un récepteur radio recevant l’énergie. Tesla utilisait une tour comme une gigantesque antenne qui rayonnait des ondes électromagnétiques à des centaines de kilomètres à la ronde (comme celle qu’il utilisa pour allumer ses 200 lampes à une distance de 40kms). Il connaissait fort bien la radio, preuve en est son sous-marin télécommandé. Il maitrisait déjà la théorie et la pratique des circuits oscillants, preuve en est sa machine à générer des arcs phénoménaux. Ainsi, Tesla introduisait sa clef de contact (récepteur radio composé de quelques tubes et quelques condensateurs) dans la voiture et celle-ci démarrait sans problème. Le récepteur transformait l’onde reçue en courant alternatif permettant au moteur de tourner. C’est ce même principe qui est utilisé depuis fort longtemps dans la RFID (radio identification utilisée aujourd’hui sur certaines carte de paiement sans contact, et le puçage des animaux tels chiens, chats, chevaux), mais à des puissances infiniment plus faibles.

 Autres inventions géniales de Tesla
Auteur de près de 1000 brevets sur l'énergie électrique, sa production et sa conservation, fait quatorze fois docteur des universités du monde entier et maîtrisant 12 langues, cet homme a connu gloire, fortune, jalousie et incompréhension. À Paris, Il fait la connaissance de Clément Ader, passionné par la mécanique, les plus lourds que l'air, Ader rêve déjà comme Tesla de faire voler le premier "avion", rêve qu'il réalisera par la suite, tandis que Tesla, fou de physique, notamment de l'énergie électrique, rêve de domestiquer la gigantesque énergie de l'éther pour éclairer le monde, faire tourner les machines, permettre à l'homme de disposer d'une énergie gratuite.

A Paris, il est employé par la société Edison. Ce fut à Paris, que Tesla acheva de mettre au point le premier moteur à induction utilisant le courant alternatif. Personne en Europe ne souhaitant financer son invention, Tesla accepta en 1884 d’être muté aux Etats-Unis. C’est lui qui découvrit la radio (mais c’est son patron Edison qui bénéfiçiat de la paternité de l’invention), le courant alternatif, la lampe à pastille de carbone, les bases de la robotique, la commande à distance. Il a expérimenté un navire télécommandé, décrit l'avion à décollage et atterrissage vertical, la fusée, élaboré le concept du microscope électronique, détecté la force de résonnance des vibrations harmoniques, le principe du radar, la radio-diffusion mondiale, imaginé et réalisé les premiers essais de la transmission d'énergie électrique sans fil, l'onde stationnaire...
Thomas Edison se débattait alors dans d'énormes difficultés dans la mise au point du réseau électrique qu'il avait créé pour alimenter la ville de New-York. Ce réseau basé sur le courant continu ne fonctionne pas bien. Nikola Tesla lui suggère le courant alternatif mais entêté, Edison n'en veut pas. Edison lui promet 50.000 dollars s'il parvient à trouver la solution. Lorsque sa tâche est accomplie son patron lui apprend que ce n'était qu'une plaisanterie, il démissionna. En 1886, mon système à arc était au point et il fut adopté pour l'éclairage des usines et de la ville de New-York. George Westinghouse (le dirigeant de la Westinghouse Electric Company à Pittsburgh) lui achète les brevets industriels du système de sa dynamo à courant alternatif destiné à l'équipement de ses transformateurs et de ses moteurs. Le système alternatif de Tesla fut adopté dans une énorme centrale hydroélectrique sur les chutes du Niagara en 1895.

Il fut aussi le premier à construire une machine équipée d'électro-aimants à poles inversés qui puisait son énergie dans une source infinie et inépuisable : l'énergie du point zéro, plus communément appelée énergie libre. Le but de Marconi était la communication sans fil, tandis que celui de Tesla était d'électrifier gratuitement la terre entière de la même manière.
Il entreprit l'édification d'une gigantesque tour, le "Projet Wardenclyffe" à Long-Island pour diffuser l’énergie, mais celle-ci ne fut jamais achevé faute de moyens et la tour fut détruite en 1917.

Les théories non orthodoxes de Tesla sur la transmission d’énergie sans fil arrivaient trop tôt. Son obstination à vouloir diffuser de l'électricité à distance, sans déperdition, ainsi que des images et du son, irrita ses commanditaires. Ses travaux de pionnier dans le domaine de la transmission d'énergie à distance, sans fil, ne seront reconnus officiellement aux États-Unis que bien plus tard et reprises au début du XXIe siécle avec le projet HAARP (programme scientifique et militaire américain, l'arme ultime des États-Unis pour contrôler le climat) .
Mais le malheur de Tesla a été que son financier s ‘appelait JP Morgan. (Voir : ON EST BIEN DANS LA MEEEEEEEEEEEEEERDE!)

 La finance enterra ses inventions
Le système de distribution d’énergie de Tesla permettait à n'importe qui dans le monde de pouvoir y puiser, à condition de s'équiper du récepteur électrique approprié. Cette découverte extraordinaire d'une énergie quasi gratuite pour tous lui fût fatale. Les puissantes sociétés qui contrôlaient la distribution de l'énergie électrique et s'enrichissaient avec le pétrole considérèrent les travaux de Tesla comme une menace insupportable pour leurs intérêts. Cette découverte provoqua la suppression des financements que JP Morgan (autrement dit la banque Rotschild, autrement dit celui qui fit la fortune de Rockfeller sur le pétrole) accordait à Nikola Tesla pour ses recherches.

En 1895, Tesla était une superstar de la science ; en 1917 il n’était virtuellement plus rien et dû se contenter de petites expériences dans un isolement quasi total.
Quelques mois après la mort de Nikola Tesla, en 1943, la Cour suprême américaine frappa de nullité le brevet de la radio de Marconi, reconnaissant un peu tard l'antériorité des travaux de Tesla, Oliver Lodge et John Stone. Nikola Tesla n'avait pas d'héritiers directs et ne laissa pas de dispositions testamentaires. Le FBI saisit l'ensemble de ses papiers et les fit transporter à Washington où ils furent mis sous scellés et classifiés Top Secret.


Depuis Tesla, d’autres ont essayé

·         Avant guerre, la société autrichienne Kertl construisit des turbines à vortex électromagnétique de l’ingénieur Victor SCHAUDERGER produisant de l’énergie gratuite.

·         En 1941 les ingénieurs : Von Neumann, Edward Cameron, Alhed Bielek, construisirent un complexe souterrain caché près de San Francisco. Ils avaient construit une machine à fabriquer de l’énergie gratuite qui produisait une puissance de 3,15 Mégawatts. En 1942, le gouvernement US interdit cette expérience pour cause de non-conformité à la législation et l’installation fut détruite. Les autorités américaines déclarèrent officiellement que la seule source d’énergie du futur serait nucléaire.

·         En 1950, l’ingénieur John R. Searl, de la compagnie Midland Electricity Board, met au point un générateur selon le principe du vortex électromagnétique qui produisait une quantité d’énergie produite dépassant considérablement l’énergie consommée.

·         En 1980, le docteur bien connu Wilhelm Reich, émigré aux USA, fut arrêté pour avoir développé sans licence une machine à énergie libre. Il a pu cependant continuer ses essais en prison et sous la protection bienveillante de la CIA. Michael Faraday, Bruce De Palma et Adam Trombly arrivèrent tous aux mêmes résultats très favorables avec des systèmes du même type.

·         En 1985 le docteur Hastings, physicien en chef de la compagnie Sperry Univac Corporation, fit une communication scientifique. Il avait testé l’appareil mis au point par l’ingénieur Joseph Newman, son rendement est phénoménal, sa production va jusqu’à 1400% de l’énergie consommée. En 1987 ce générateur fut installé à la place du moteur à essence d’un véhicule de course. Le pilote enregistra une surpuissance très avantageuse.

·         En Juin 1992, l’ingénieur Jurgen Sievers député et directeur de la compagnie allemande Becocraft est arrêté aussi. Sa société est dissoute pour avoir commercialisé sans licence une autre machine dite « à énergie gratuite ».

·         Joseph Newman. Il fait vérifier son invention par le bureau des brevets américains, qui a conclu, après avoir envoyé une équipe d'ingénieurs bardés d'instruments de mesures, que sa machine fonctionne exactement comme il l’annoncé (c'est même cette équipe qui a calculé le rendement de 800%), sans aucune source d'énergie cachée. Mais, étant donné qu'il n'existe pas de principes physiques reconnus selon lesquels on peut expliquer le fonctionnement de la machine, ce même bureau l'a informé qu'il ne pouvait donc pas délivrer de brevets. Point final : question réglée. Devant l'insistance de l'inventeur qui se bat depuis 18 ans pour faire reconnaître son invention, une commission d'étude composée de physiciens compétents s'est réunie en présence de Mr Newman, mandatée par les organismes officiels pour désavouer son invention, mais c'est le contraire qui s'est passé. Les scientifiques étaient très intéressés par les résultats de Mr Newman ainsi que par son modèle théorique. Les conclusions n'étant pas celles espérées par les instigateurs de la réunion, le mandat a été retiré à la commission et un rapport fut rédigé concluant cette invention comme sans intérêt. Newman émigra au Japon pour continuer ses travaux.

·         Bruce de Palma (le frère du réalisateur Brian de Palma), un physicien, a conçu une machine à énergie libre. Il s'est vu confisquer son invention par les autorités officielles parce qu'il s'en servait pour alimenter en énergie électrique toute sa maison gratuitement. Il a dû lui aussi aller travailler avec les Japonais. De Palma s'était aperçu qu’un objet puisait de l’énergie dans l’espace en tournant. Après de nombreuses recherches, il finit par concevoir une machine appelée N-Machine, utilisant des aimants superpuissants pour obtenir de l’électricité. Des tests en 1980 ont montré que le générateur produisait plus d’énergie qu’il n’en consommait. http://depalma.pair.com/

·         Enfin, je vous conseille ce dernier : Tony Cuthbert a de nombreuses inventions à son actif : boîte de vitesse et système de frein sans embrayage, un moteur hybride mi-moteur, mi-turbine qui permet de propulser un paquebot avec un moteur de la taille d'une petite voiture, le séparateur magnétique : récupération de métaux par les aimants liquides, l'accélérateur de pluie et quelques mécanismes à énergie libre. Le professeur Laughtar déclare à son sujet: « un des problèmes de Tony est que certaines de ces inventions sont tellement révolutionnaires qu'elles menacent des technologies existantes. Là se trouve la difficulté lorsqu'il faut convaincre les industries dont il essaye de susciter l'intérêt ». Autres inventions : Les ferrofluides, utilisés avec un aimant, peuvent devenir un moyen de propulsion, animer un coeur artificiel ou régénérer un coeur. Il créa une piste magnétique verticale (permettant de faire grimper un engin à la verticale) et un moteur gravitationnel qui capte l'énergie utilisable du champ gravitationnel terrestre. www.cuthbert-physics.com

Tous ces ingénieurs ont vu leur carrière brisée pour ne pas avoir respecté le dictat des autorités. Nos dirigeants sont les garants de la suprématie des multinationales industrielles qui font et défont les gouvernements, tout en polluant la planète.
Voilà pourquoi les autorités privilégient les énergies dont le rendement financier est le plus élevé et interdisent les recherches sur l’énergie gratuite.

Les plans des moteurs à aimants permanents sans électricité sont disponibles sur Internet depuis longtemps. Voici le moteur inventé par le français Claude Delaval en 1976 et repliqué par d'autres comme le système nommé perendev. (voir Video)
Pour les curieux, voici le démontage du moteur magnétique à énergie libre de Muammer Yildiz devant ses étudiants, à l’université technologique de Delft, au Pays-Bas. (Voir vidéo)


En aviez-vous entendu parler ?
J’entend déjà les reproches: si ça existait, on en aurait entendu parler. Posons alors la question : qui vous en aurait parlé ? Cette source d’énergie existe et peut être partiellement utilisée, elle est illimitée et non polluante, et tout comme le vent et le soleil, son utilisation serait gratuite. En avez-vous déjà entendu parler? Non, puisqu’au contraire tout est fait pour enterrer la question. Comme les médias appartiennent à la finance, vous ne saurez jamais rien. Pour savoir, il suffit de chercher et vous comprenez pourquoi les Illuminati n’aiment que les populations s’instruisent par Internet. Si l’énergie libre était mondialement reconnue ce serait la ruine des grandes familles de la finance, de l’industrie du pétrole et du nucléaire. Et pourtant ce serait la solution parfaite à une grande partie de nos problèmes énergétiques.

Si nous écoutons la pensée officielle, on nous parle d’éolienne, de solaire, de géothermie, d’hydraulique et de biocarburants. A les écouter, il n’y a pas d’autres solutions comme énergies alternatives. Il sera difficile de remplacer le pétrole et le nucléaire avec elles.
Les Verts me font bien rire avec leurs panneaux solaires, leurs éoliennes et leurs taxes carbone... Si les verts savent et ne font rien , c est une honte…. Ils représentent parfaitement la manipulation et la désinformation...

Il y a peut-être un espoir, de nombreux ingénieurs se réfugient dans certains pays comme le Japon, l’Inde ou le Canada qui les accueillent à bras ouverts et qui manifestent de l’intérêt pour ces nouvelles technologies. Au Japon, Minato est le premier à avoir fabriqué en grande quantité des ventilateurs et des climatiseurs (140 000 ex) avec un moteur à énergie libre (aimants inversés). Les banques japonaises n’ont pas hésité à le financer, il faut dire que le système financier japonais n’appartient pas au groupe Rotschild, Rockfeller, JP Morgan,..., peut-être est-ce l’explication. Verrons-nous un jour le rêve de Nikola Tesla, dans 20 ans, 50 ans ou plus, de l’électricité dans le village africain le plus reculé, des voitures sans carburant. Et quand on sait qu’il pouvait non seulement véhiculer l’énergie, mais aussi l’image et le son par son système ... La télévision et ... Internet et bien d’autres choses auraient pu naitre beaucoup plus tôt.

Si l’on avait poursuivi l’oeuvre de Tesla, il n’y aurait jamais eu de centrales électriques hydraulique ou nucléaire, pas de relais de télévision, le téléphone serait cellulaire depuis 100 ans, pas de pétrole, ... et pas de pollution. Mais les salauds qui nous gouvernent n’étaient pas prêts car leur but est de nous faire payer l’énergie et aussi bientôt ils feront payer à nos enfants l'air qu'ils respireront.

 
Encadré ;

La galerie des inventeurs inconnus

·         Viktor Schauberger (30 juin 1885 - 25 septembre 1958) créa des machines à implosion, d’une puissance prodigieuse. Cette technologie n’émet pas de déchets, ne pollue pas. Il inventa maints générateurs qui fournissaient une puissance de sortie largement supérieure à celle qu’ils absorbaient (puissance d’entrée), des moyens de propulsion pour avions, sous-marins et voitures, différents appareils destinés aux habitations, produisant de l’énergie, du froid ou de la chaleur, et d’autres, remarquables, qui transformaient une eau polluée en eau de source de haute qualité. Hélas, les prototypes en état de marche furent détruits à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, et on ne dispose pas de tous leurs plans détaillés.

·         William Baumgartner du Nouveau Mexique a construit un générateur à implosion basé sur les travaux de Viktor Schauberger. Les premiers tests de sa turbine à eau montrèrent une surunité : plus d’énergie à la sortie qu’à l’entrée. Baumgartner pense que ce surplus d’énergie provient de l’énergie libre.

·         Leroy-Hatem, en mai 1945, après 20 années de recherche, le chercheur et inventeur français Leroy-Hatem a découvert la dualité des énergies magnétiques.

·         Walter Russell était un artiste, musicien, philosophe et auteur adulé. L’Académie des Sciences américaine le récompensa d’un doctorat honoris causa. Il avait découvert en 1927 des méthodes permettant de produire de l’hydrogène à bon marché. En 1990, Ron Kovac, chercheur en chimie, Toby Grotz, ingénieur en électricité, et Tim Binder, médecin naturopathe ont reproduit les découvertes de Walter Russell. Russell a aussi construit un appareil qu’il a nommé Générateur Optique à Dynamo-Russell, qui captait l’énergie libre. Toby Grotz a entrepris des recherches pour retrouver les plans originaux de cet appareil, et le 10 septembre 1961, cet appareil était opérationnel.

·         Ken Shoulders a découvert dans les années 1980, « les amas de charge » ou charge clusters, ou Electrum Validum (qui signifie charge intense). En 1991, Shoulders a réussi à  faire breveter sa découverte aux Etats-Unis en l’intitulant « Conversion de l’Energie en utilisant une Charge de Haute Densité ». C’est la première fois qu’un brevet dit que l’énergie de l’espace (énergie libre) peut être utilisée comme source d’énergie électrique utilisable.

·         Thomas Bearden, ingénieur en physique nucléaire, lieutenant-colonel à la retraite de l'armée américaine, a à son actif plusieurs publications dans le domaine de l'énergie du point zéro, des potentiels scalaires, de phénomènes exotiques de l'électrodynamique. Il possède aussi plusieurs brevets de machines "over-unity"...

·         Floyd Sweet. Il inventa un assemblage d’aimants et de Bobines de fils que Thomas Bearden appela Tube Triode Amplificateur du Vide (Vacuum Triode Amplifier = VTA). Cet appareil produisait plus d’énergie qu’il n’en consommait.

·         Wingate Lambertson, ancien directeur de la Science et Technology Commission du Kentucky, après plus de vingt ans de recherches, est aujourd’hui sûr que l’énergie de l’espace peut être transformée en une source de courant fonctionnelle, grâce à un procédé qu’il a appelé le Monde en Neutrinos (World Into Neutrinos = WIN).

·         John Hutchinson. Ce scientifique autodidacte, pendant l’hiver qui précéda sa tournée au Japon de 1995, a construit un appareil fonctionnant à l’énergie de l’espace. Son convertisseur était basé sur le principe de résonnance de Tesla. Hutchinson capta la même énergie pulsante et rythmée de Tesla en utilisant des cristaux de titanate de baryum. Plus tard, il créa le procédé appelé « Dirt Cheap » (utilisant comme composants de vulgaires pierres).

·         Bertil Werjefelt. Après s’être rendu compte que les générateurs classiques utilisant des aimants sont confrontés à un problème appelé résistance magnétique, ce conseiller en sécurité dans l’aviation, a amélioré le générateur classique en ajoutant un système tournant qui annule la résistance magnétique en la neutralisant avec les champs de force d’aimants additionnels. Il en résulte que le générateur donne plus de courant avec la même consommation d‘énergie. En 1995, lors d’une conférence, il expliqua que l’enseignement scientifique classique du magnétisme était incomplet depuis le début, et que, la communauté scientifique avait déclaré de manière précipitée qu’il était impossible d’utiliser le magnétisme comme source d’énergie.

·         Erwin Laszlo. Scientifique et philosophe de réputation internationale, possède plusieurs doctorats en science de l'éther et des champs de l'énergie du vide.

·         Moray B. King. Ingénieur, un des pères fondateurs de la théorie de "l'énergie du point zéro". Il a écrit plusieurs livres traitant de l'énergie de l'éther.

·         Harold Puthoff. Auteur de plusieurs ouvrages dont les fondements de l'électronique quantique, également directeur de l'institut des études avancées de Austin (Texas)

·         Peter Linderman. Reconnu comme un des experts mondiaux dans l'explication du phénomène de l'énergie radiante (une forme d'énergie du vide) telle que décrite par Nikola Tesla et employée par Edwin Gray dans son moteur électrique.

·         Thomas Francis Vallone. Titulaire de nombreuses maîtrises et doctorats en physique appliquée. A été président du reconnu "Integrity Research Institute" de Washington DC. Chercheur passionné ; il a à son actif un nombre impressionnant d'articles et de livres touchant les nouvelles technologies.

·         Harold Aspden. Ancien directeur (retraité) de brevets pour IBM, a lui-même à son actif plusieurs brevets sur des machines pouvant être "over-unity". Sur son site, il y a plusieurs publications expliquant la physique derrière certains de ces phénomènes. www.aspden.org

·         Shiuji Inomata. Au japon, Shiuji Inomata, employé depuis trente cinq ans par le gouvernement du Japon, et travaillant aux Laboratoires Electrotechniques à Tsukuba (« La Cité de l’Espace » du Japon) a été autorisé par son gouvernement à créer une machine à énergie libre. Dernièrement, il fit une conférence pour les dirigeants du monde politique et industriel, plus de six cents professionnels sont venus assister à son dernier séminaire. La Toshiba Corporation a débloqué deux millions de dollars pour le développement d’aimants supraconducteurs destinés à son nouveau générateur unipolaire.

·         Paramahamsa Tewari. En Inde, Paramahamsa Tewari, ingénieur directeur de projet dans la plus grande centrale nucléaire en construction, est autorisé lui aussi à concevoir sa machine à énergie libre.

·         R. Stirling. Le moteur inventé par ce pasteur écossais est très fiable, silencieux et d’un haut rendement. Entre autres utilisation, un sous-marin d’attaque suédois évolue grâce à ce mode de propulsion. Couplé à une parabole réfléchissante, le moteur Stirling permet de produire de l’électricité sans combustible.

·         John Bedini. Le moteur fonctionnant à l'énergie libre (énergie gratuite) de John Bedini existe depuis plus de quinze ans. Il fonctionne selon les principes de l'électromagnétisme découverts par Nikola Tesla avant 1900 au cours de ses essais à Colorado Springs. http://www.syscoil.org/index.php?cmd=nav&cid=23

·         Johann Grander. Il a développé un moteur magnétique ne nécessitant ni batterie, ni connexion au réseau électrique. Le magnétisme naturel des aimants est intensifié au point que de l’énergie commence à couler...

·         Le NEOGEN. Le Neogen Dynamo Project est une "jolie" version du RV-MULLER GENERATOR inventé par Bill Muller et Hector D. Perez. Deux sociétés russes commercialisent des génératrices d'électricité qui violent les règles de la physique actuelle. Il ne s'agit pas ici de vagues prototypes aperçus sur un site web, mais bel et bien d'une technologie qu'il est possible d'acheter.

·         Le LUTEC 1000. le 8 septembre 2005 Lou Brits and John Christie de Cairns (Australie) ont mis au point un générateur électromagnétique,. Ils annoncent une entrée d'énergie pour un petit générateur de 4,25 watts, en sortie 15,4 watts, soit 362 % : http://quanthomme.free.fr/nouvelles/Nouvelles23032001.htm

·         La technologie EBM. (Energy By Motion – Energie Par le Mouvement) est peut être un espoir mais elle reste toujours au stade expérimental. Le professeur Szabo développe au sein de la société canadienne Electro Erg Ltd et de sa filiale hongroise Gamma Manager, la technologie EBM qui est appliquée dans la commercialisation de générateurs auto-alimentés d’une énergie électromagnétique illimitée et 100% propre. Son inscription à l’ordre du jour du parlement de l’Ontario et sa certification par une dizaine de scientifiques et universitaires plaident en faveur de l’avènement d’un véritable générateur à énergie libre.

·         Le brevet international des russes Vladimir Roschin et Sergei Godin de l’Académie des Sciences de Moscou, rendu public le 26 mai 2006, apporte la démonstration scientifique qu’un système sur-unitaire est réalisable. Ce brevet présente un système magnétique composé d’aimants de terres rares capables de convertir diverses formes d’énergie, dès lors qu’un certain régime de fonctionnement critique est atteint, l’installation expérimentale devient énergétiquement entièrement autonome.

·         La société STEORN. Elle offre une démonstration publique à la communauté scientifique, et au grand public, en révélant le nouveau moteur ORBO, à « rendement surunitaire ». Cette compagnie irlandaise entend prouver qu'elle peut fabriquer une batterie qui ne se videra jamais. http://www.steorn.com/

 

15 mars 2014

Sur la tête de tonton Maurice, que je ne te ferais jamais un coup pareil, la vérité si je mens !


A partir de 2008, Khadafi était devenu fréquentable pour les grands dirigeants, il fut reçu en grande pompe par  Obama, Sarkozy, Poutine et Berlusconi. Que s’est-il passé de si grave pour que les occidentaux utilisent quelques manifestants et lancent une révolution en Libye qui s’avère aujourd’hui un véritable fiasco. Aujourd’hui avec 250 000 barils par jour, la production pétrolière libyenne a atteint un niveau historiquement bas, et pour la première fois aussi, le pays a fait récemment savoir à ses partenaires occidentaux qu'il connaissait des problèmes de trésorerie. Du jamais vu en Libye. Depuis 6 mois le pouvoir central de Tripoli et les rebelles fédéralistes de l'est du pays se livrent à une guerre sur le pétrole. Cette semaine les rebelles, qui détiennent plusieurs terminaux de pétrole, ont vendu illégalement du pétrole qui a été embarqué à bord d'un cargo battant pavillon nord-coréen. Le 5 avril 1986, une bombe explosait dans une boite de nuit de Berlin ouest faisant 2 morts dont un soldat américain. De suite, on fit courir le bruit que c'était un coup des libyens.  Le 15 avril 1986, le président Ronald Reagan répliqua par un bombardement sur Tripoli et Benghazi (101 morts dont la fille adoptive de Khadafi). C’est un des épisodes marquant de la guerre que mènèrent les américains contre le leader libyen depuis son arrivée au pouvoir en 1969. En mars 2011, un couple d’américains Joanne et Jimmy Moriarty, s’est retrouvé au mauvais endroit à Tripoli, lorsque l’Otan décida de bombarder les troupes de Khadafi. Aujourd’hui, leur pays, les USA, les a mis sur la paille parce qu’ils ont voulu dénoncer aux autorités américaines les exactions des jihadistes d’Al quaida. C’est à ni rien comprendre, Al quaida est l’ennemi des occidentaux au Pakistan, en Irak et au Mali, mais ce sont nos amis en Libye et en Syrie. Joanne et Jimmy Moriarty ont failli laisser leur vies dans ce pays qu’ils connaissaient bien pour y avoir travaillé de 2007 à 2011. Aujourd’hui, ces deux biologistes n’ont plus de domicile et cherchent du boulot. 
 Joanne et Jimmy Moriarty font des  affaires en Libye dans la production pétrolière depuis janvier 2007. Ils fabriquent un enzyme unique qui régénère les puits de pétrole et nettoie les fosses de boue, débloque les canalisations et les réservoirs. De 2007 à 2011, leur entreprise a engrangé pour 5 milliards de dollars de contrats. Ils débutaient la construction d’une usine de production pour fabriquer leur enzyme, lorsque la révolution libyenne a éclaté en février 2011.

Les libyens pas si rebelles que ça...
Le peuple libyen n’était pas du tout extrémiste. Kadhafi avait condamné les déclarations de l’Ayatollah Khomeni et à cause de cela, une fatwa avait été prononcée contre lui par les extrémistes musulmans radicaux depuis plus de 20 ans. Toutes les livres de quelques religions que ce soient étaient autorisées en Libye. Les femmes pouvaient s’habiller à l’européenne et pouvaient s’instruire si elles le souhaitaient. Il y avait de nombreuses femmes médecins, avocates, ministres ou chefs d’entreprise. La Libye n’utilisait qu’environ la moitié de tous les revenus du pétrole qu’elle engrangeait et le pays était le seul état africain « providence ». Tous les soins médicaux étaient gratuits. Si vous ne pouviez pas vous faire soigner en Libye, les soins et les traitements à l’étranger étaient entièrement payés par l’état.

L’enseignement était gratuit et si vous souhaitiez intégrer une université à l’étranger, cela était payé en totalité par une allocation. Lorsqu’un couple libyen se mariait,  il recevait une dotation de 46,000 Dollars US du gouvernement pour commencer sa vie et sa première maison, lui coûtait 10% du salaire pendant 20 ans avant de lui appartenir pour de bon. Le prix de l’essence était de 0,08 euro le litre et pour ceux qui n’avaient pas les moyens de se nourrir, une banque alimentaire leur fournissait la nourriture (riz, lait, fromage, farine, etc...) et de l’argent pour acheter de la viande. En 2011, le salaire moyen en Libye était le plus élevé d’Afrique, supérieur à celui de la Chine ou de l’Inde, à 15,800$ par an. Si vous aviez fait des études et ne parveniez pas à trouver un travail, vous receviez un revenu jusqu’à ce que vous ayez obtenu un emploi.
De plus, il n’y avait pas de taxes pour les particuliers, seules les entreprises payaient un impôt mais il était minime. Il n’y avait aucune raison pour qu’une révolution éclate, même s’il y avait quelques islamistes radicaux mécontents (3 à 5% de la population) qui avaient essayé de faire appliquer la charia et l’islam radical.

Ce sont ces quelques islamistes et surtout beaucoup d’étrangers que l’OTAN et les Etats-Unis ont soutenu pour qu’ils fassent la révolution et s’emparent du pouvoir en Libye.

Mais qu’a donc fait Khadafi ?
Khadafi prend le pouvoir en renversant le roi Idriss 1er en 1969. Un an plus tard, en 1970, il expulse les américains et les britanniques de leurs bases militaires libyennes, nationalise les banques, les propriétés des colons étrangers et les compagnies pétrolières (dont 13 sur 20 étaient américaines).

Kadhafi a financé des groupes terroristes comme l'IRA contre l'Angleterre, l'ETA contre la France et l'Espagne, et l'OLP contre Israël. On a dit aussi qu’il aurait finançé aussi les indépendantistes corses. En 1981, la CIA commence à soutenir et à financer des opposants libyens en exil, en particulier en France et en Egypte, afin de renverser par un coup d'état Mouammar Kadhafi. En mars 1981, le secrétaire d'état Haig déclare que la Libye accueille des camps d'entraînement pour terroristes et en mai 1981, les Etats-Unis rompent leurs relations diplomatiques suivi d’un embargo commercial le 6 mars 1982. Le 27 décembre 1985, des attentats coordonnés sur Rome et Vienne font 19 morts (dont 5 américains) et 110 blessés, les Etats-Unis accusent le groupe d'Abu Nidal (dont on sait aujourd’hui qu'il était controlé par le Mossad) avec une assistance financière de la Libye. En janvier 1986, les Etats-Unis gèlent une partie des avoirs Libyens à l'étranger.
Le 24 et le 25 mars 1986, l'armée américaine organise le plus vaste exercice militaire jamais mené à la frontière des eaux territoriales libyennes. Pas moins de trois porte-avions, escortés de 30 navires de guerre y participent. La 6ème flotte attaque 4 navires de guerre libyens et coule deux d'entre eux. Des batteries SAM sont également bombardées, mais la Libye ne répond pas.L'attentat de la discothèque la Belle survient 10 jours plus tard le 5 avril.

Attentat de Berlin 
Le 5 avril 1986, un attentat dans une boite de nuit fréquentée par des militaires américains fait 2 morts dont un soldat américain. Il est quasi certain aujourd’hui que le Mossad est responsable de l’attentat alors que ce sont les services israéliens qui ont concocté une fausse « preuve » de la responsabilité libyenne. Le chef de la police de Berlin Ouest, Manfred Ganschow, chargé de l’enquête, a innocenté les libyens, déclarant : « Il s’agit d’une affaire éminemment politique. Le président Ronald Reagan répliqua par un bombardement en Libye le 15 avril.

A 2 heures du matin (cette attaque fut fixée à la minute près afin d’être retransmise en direct dans les grands journaux télévisés américains de 19 heures), les bombardiers larguent en une demie-heure 60 tonnes de bombes sur des cibles militaires de Tripoli et de Benghazi, parmi lesquelles, des casernes, des aéroports et des réseaux de défense aérienne. Une centaine de Libyens périrent (dont la fille de Khadafi) dans les bombardements, 2000 autres sont blessés. L'opération a été  considérée comme un échec, puisque le véritable objectif était de tuer Mouammar Khadafi. La France, l’Italie et l’Espagne refusèrent le survol de leurs territoires aux avions américains ayant décollé de Grande Bretagne. Kadhafi fut indemne, certainement sauvé par le gouvernement italien de Bettino Craxi, qui, trouvant le dossier trop léger et douteux, décida de l'avertir de l'imminence du bombardement. Beaucoup de pays condamnèrent l’opération.
Un texte de résolution condamnant le bombardement de la Libye fut déposé au conseil de sécurité de l'ONU, mais l'Australie, le Danemark, la France, l'Angleterre, et les Etats-Unis s’y opposèrent et cette démarche demeura sans suite.

 
Attentat de Lockerbie
Le 21 décembre 1988, une bombe explose dans un Boeing de la PAM-AN au-dessus de Lockerbie, en Ecosse faisant 270 morts. Megrahi, un lybien est accusé d’avoir posé la bombe, une radiocassette Toshiba bourrée de semtex, un explosif militaire, dans une valise qu'il avait enregistrée à Malte. Mais le seul lien tangible entre le Libyen et la bombe, est un fragment de vêtement enroulé autour d'un morceau du minuteur électronique de la bombe. Ce vêtement, une chemise de marque Slalom, avait permis aux enquêteurs de remonter jusqu'à une boutique maltaise. Son patron, Tony Gauci, avait reconnu en Abdelbasset al-Megrahi l'homme qui lui avait acheté cette chemise. Son témoignage a été démoli : Megrahi ne pouvait pas avoir été présent à Malte ce jour-là, et Tony Gauci, dont les déclarations avaient changé plusieurs fois, avait déjà vu sa photo dans un magazine avant de le reconnaître parmi plusieurs figurants.

Les partisans de l'innocence de la Libye affirment que le tribunal de 2001 a été instrumentalisé pour détourner les soupçons du vrai coupable, le FPLP (Front de Libération de La Palestine, groupuscule palestinien hébergé à Damas et travaillant pour la Syrie et l'Iran. Téhéran avait un mobile, l'ayatollah Khomeiny avait promis « une pluie de sang » en représailles de la destruction en vol d'un Airbus d'Iran Air et de ses 290 occupants, abattu par un navire de guerre américain cinq mois plus tôt. Une frégate américaine, le Vincennes, abat par erreur un Airbus iranien revenant de la Mecque. A partir de cet instant, tous les services occidentaux savent que l'Iran a mis 10 millions de $ sur la table pour un attentat contre un avion américain en représailles. C'est le groupe FPLP d'Ahmed Jibril qui va s'acquitter de la tâche, en faisant passer la valise contenant le poste de radio piégé par le circuit des livraisons contrôlées de drogue en provenance de la plaine de la Bekaa. Cette valise ne passait ni la douane, ni les contrôles...
Mais les enquêteurs ont brusquement changé leur fusil d'épaule. Pour les défenseurs de la Libye, l'ordre venait d'en haut. Saddam Hussein avait envahi le Koweït, et la coalition occidentale avait absolument besoin de la participation de la Syrie dans la coalition, ainsi que de la bienveillance de l'Iran. Et puis la Libye représentait le coupable idéal, n’avait- elle pas aussi des comptes à régler. Le bombardement américain de 1986 sur Tripoli avait tué la fille de Kadhafi. Ce procès, entaché d'erreurs, a laissé peu de place à un véritable travail judiciaire. L'enquête sur le drame de Lockerbie reste à mener.

La justice écossaise reconnaissait l'absence de réelles preuves de la culpabilité des libyens, notamment car les "témoins" utilisés à l'époque ont reconnu en grande partie avoir obéit à des agents de la CIA. En août 2005, un ancien haut responsable de la police écossaise désirant rester anonyme et ayant participé à l'enquête a affirmé que la CIA aurait «écrit le scénario» accusant la Libye. Il affirme que la pièce à conviction décisive, un fragment de circuit intégré du détonateur, a été «fabriqué» et «planté» par des agents de la CIA qui enquêtaient sur la tragédie.

Attentat contre un DC-10 d'UTA
Qui sont les vrais coupables de l’attentat du vol UTA 772 ? Le DC 10 français a explosé au-dessus du désert du Ténéré, causant 170 morts, le 19 septembre 1989. Immédiatement après l’attentat, la DGSE et la DST (Les services secrets français) pointent leurs soupçons vers un pays du Moyen-Orient, la Syrie ou l’Iran. Tout indique la signature du groupe terroriste, le FPLP-Commandement général du Syro-Palestinien Ahmed Jibril (le même que pour l’attentat de Lookerbie), mode opératoire identique, une valise tapissée d’explosif. Pourtant, la sécurité militaire congolaise qui mène l’enquête de son côté, puisque l’appareil a décollé de Brazzaville, produit un témoin qui accuse les services libyens et en particulier son représentant sur place, Abdallah Elazrag. Le magistrat instructeur français, le célèbre Jean-Louis Bruguière, s’en tiendra aussitôt à cette version et n’en démordra pas.

Pierre Péan dans son livre nous dit que le juge Bruguière a orienté l’enquête de manière intentionnellement erronée sur demande de l’État français pour accuser à tort la Libye et disculper l’Iran et la Syrie véritables auteurs de l’attentat via le Hezbollah. Mais la désignation du bouc émissaire libyen n’a pas soulagé seulement les États-Unis, mais elle a aidé les hommes politiques français à faire libérer nos otages au Liban contre promesses faites à l’Iran et au Hezbollah.
Les américains ont obtenu un dédommagement de 6 milliards de dollars de la Libye pour les 7 Américains disparus dans l'attentat , tandis que la France a obtenu 170 millions de dollars pour les 163 autres victimes.

 
Vint la révolution 2011...
Nous retrouvons Joanne et Jimmy Moriarty en mai 2011 à Tripoli. Connaissant bien le pays, ils participent à une commission d’enquête organisée par une ONG et interrogent les tribus pour apprendre la vérité sur la période Khadafi. Depuis les bombardements de l’OTAN commençés fin février, nos deux américains ont été témoins de crimes de guerre commis par l’aviation sur des personnes innocentes. Ils découvrent qu’il n’y avait pas de soutien populaire pour cette prétendue révolution et faute de rebelles suffisants dans la population , l’OTAN (les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la France, l’ONU, le Qatar et Israël) ont recruté des milliers de mercenaires d’Al-Qaïda en dehors de la Libye. Les Moriarty ont pu aussi récupérer la copie d’un accord entre les prétendus rebelles et le Mossad israélien. Celui-ci précise qu’Israël devait fournir des armes et une formation aux rebelles, jusqu’à ce qu’ils prennent le contrôle du pays et qu’en retour Israël obtiendrait l’implantation d’une base militaire dans la région libyenne de la Montagne Verte.

La guerre contre la Libye avait été planifiée depuis longtemps. Lors d’une conférence donnée à San Francisco le 3 octobre 2007, Wesley Clark, général 4 étoiles retraité des Forces armées des Etats-Unis, affirmait que dix jours après le 11 Septembre 2001, les invasions de l’Irak, de la Libye, de la Syrie, de l'Iran et de plusieurs autres pays du Moyen-Orient avaient déjà été planifiées. Dennis Kucinich (sénateur démocrate américain) détient des documents montrant qu’il y avait des exercices militaires en Méditerranée prévus entre les français, britanniques et américains contre une nation d’Afrique du Nord riche en pétrole dotée d’un dictateur mythique. Ils devaient débuter le 21 février. La guerre a effectivement commencé le 17 février.

Quelle mouche a piqué les américains ?
La principale raison de la destruction de la Libye était le projet de Khadafi de créer une devise, appelé le Dinar, adossée à l’or pour tout le continent africain. Le leader libyen avait planifié la création d’une Banque Centrale africaine qui aurait conduit l’Afrique à se libérer du joug de la dette du papier monnaie des impérialistes qui contrôlent les pays pauvres et leurs ressources. Cette monnaie-or aurait détruit les banquiers de papier dont l’argent n’est soutenu par rien. Ces banquiers, la FED et l’Euro détenus par le groupe Rothschild auraient été détruits (Voir ON EST BIEN DANS LAMEEEEEEEEEEEEEERDE !). Pour cette raison, Kadhafi devait non seulement être destitué du pouvoir, mais il devait aussi mourir.

La deuxième raison de la guerre est que la Libye, pays le plus puissant d’Afrique, refusait de laisser les Etats-Unis exercer un contrôle militaire sur le continent.
La troisième raison, était l’action en justice qu’avait engagé Kadhafi contre toutes les nations d’Europe occidentale, pour tous les traités rompus et toutes les atrocités commises en Afrique au cours des centaines d’années par les occidentaux et la perte de revenus causée par l’embargo contre la Libye pendant plus de 30 ans. La Libye n’était pas coupable de l’attentat de Lockerbie, comme l’a prouvé un transfuge de la CIA. La demande d’indemnités se montait  à plus de 7 trilliards de dollars et la plainte reposait sur des bases juridiques tangibles. L’Europe de l’Ouest ne pouvait guère se permettre ce genre de dette, alors ils ont pris part joyeusement à la révolution

 
Ce dont ont été témoins les Moriarty

« Le 21 août 2011, l’OTAN a décidé de prendre Tripoli de force, il fallait absolument que la population se range du côté de leur coup d’état. Nous séjournions dans un grand hôtel près du port et nous avons vu les hélicoptères Apache de l’OTAN faucher des innocents dans les rues. Au cours de la première heure de la prise de contrôle de Tripoli par l’OTAN, 1300 personnes ont été tuées dans les rues et 5000 blessées. Les bombardements et les meurtres ont continué toute la nuit et pendant les trois nuits suivantes. Puis, des rebelles d’Al-Qaïda arrivés par cargos de Benghazi sont arrivés au port de Tripoli, et se sont emparés des routes autour de Tripoli. Tous ces rebelles étaient barbus et portaient des AK-47. Ils ont commencé à mettre en place des points de contrôle environ tous les 500 mètres et ont pillé tous les magasins et toutes les maisons qui se trouvaient sur leur chemin. Ils braquaient tous les véhicules de passage et volaient tout ce qu’ils voulaient. Ils ont envahi des hôtels et mis en place des centres de torture… »

« Après quelques heures passées à longer la côte, il faisait déjà nuit. Des coups de feu retentissaient de partout, des barbus d’Al-Qaïda parcouraient les rues. Nous ne le savions pas, mais les rebelles avaient tiré sur le navire que nous devions prendre pour prendre la fuite et il s’était retiré à 3 miles en Méditerranée. Notre dernier trajet pour nous rendre à la jetée nous a conduit dans la gueule du loup. Nous avons été soudainement entourés par un groupe de petites camionnettes chargées de membres d’Al-Qaïda.  Leurs armes pointées sur nous, ils nous ont dit : "votre jeu est terminé". Ils nous ont emmenés sous la menace dans leur centre de torture situé à l’Hôtel Radisson. Ils ont pris toutes nos affaires et nos passeports. Ils nous ont interrogé et filmé à l’aide d’une équipe de cinéma britannique. Nous pouvions entendre les hommes en train d’être torturés, mais nous ne pouvions rien faire. »
« Lorsque le jour se leva, ils nous ont dit que nous allions être autorisés à partir. Juste avant cela, un gros Cheikh avec une longue barbe fit son apparition pour murmurer quelque chose en arabe à notre sujet. Le chauffeur de notre van avait été remplacé par un homme de l’hôtel que nous connaissions et nous lui avons dit que nous voulions rejoindre le bateau de sauvetage maintenant, il affirma que ce van devait rentrer à l’hôtel, nous avons discuté avec lui, mais il nous a pris à part pour nous expliquer : «vous n’avez pas compris que le Cheik a dit : "quand ils se rendront au navire de sauvetage, tuez-les, découpez-les et brûlez les corps puis faites croire qu’il s’agit de Kadhafi." Nous avons alors décidé de retourner à l’hôtel, nous avons dû payer des mercenaires pour qu’ils nous laissent partir. Ils étaient payés 2500$ pour chaque personne tuée et 1000$ pour brûler les corps. Ils prirent tout notre argent. Nous savions que nous étions sur leur liste et nous savions pourquoi, un avocat américain, un agent double travaillant pour le Hezbollah avait mis tous nos noms sur une liste et la leur avait fait parvenir. »

 
Retour aux Etats-unis
« Quand nous sommes rentrés au Texas, Jimmy fut appréhendé par le FBI à l’aéroport d’Houston. J’ai été autorisé à rester en transit à l’aéroport ( j’avais en ma possession 200 Go de preuves, interviews, vidéos, photos, témoignages, etc.) Jimmy fût interrogé pendant 3 heures et nous devions apprendre plus tard que nous étions devenus, à ce moment-là, une cible de notre gouvernement. Notre crime était d’avoir été témoins des crimes de guerre et des génocides qui ont été commis en Libye par l’OTAN. Comme tous les individus pris pour cible, toutes nos tentatives pour obtenir un emploi rémunéré ou redémarrer notre activité qui avait été détruite en Libye, furent anéanties. »

« Après que l’OTAN ait livré la Libye entre les mains d’Al-Qaïda, de nombreux Libyens furent emprisonnés, torturés et tués. Beaucoup d’entre eux durent partir pour survivre. Il y en a maintenant 2 millions en exil. Nous sommes très proche des tribus de la Libye, nous parlons avec les chefs de tribus en exil maintenant presque tous les jours. Ils nous ont désignés comme leurs porte-parole officiels. Nous avons tenté de faire connaître au Congrès américain qu’ils avaient été complètement trompés en Libye et que nous avions littéralement livré ce pays, un pays musulman pacifique, à Al-Qaïda. Mais personne n’était intéressé. »
« Les chefs tribaux ont commencé à nous transmettre des renseignements sur le mouvement interne d’Al-Qaïda en Libye, nous avons donné ces informations au Dr Jerome Corsi, qui était plus que disposé à rapporter la vérité. Nous avons ensuite été contactés par les services secrets US (4 divisions différentes). Nous avons reçu la visite de 3 divisions différentes du renseignement américain dans notre maison, venues recueillir les éléments de nos dirigeants tribaux. Mais nous avons découvert qu’ils n’avaient pas l’intention de faire quoi que ce soit avec ces données et qu’elles étaient utilisées pour avertir Al-Qaïda. A ce moment là, nous avons arrêté de leur transmettre des informations. »

« Un des agents de renseignements féminin, nous a recontacté et nous a déclaré que si jamais nous voulions rester en vie,  nous devions nous taire à propos de la Libye et qu’ils (le gouvernement) avaient perpétré une attaque "soft" sur nous (en ruinant notre vie et nos finances) et que nous avions été chanceux, car ils auraient pu choisir d’opérer une attaque "terminale" sur nous. »
« Nous avons été littéralement détruits, mais nous avons décidé de ne pas nous taire. Nous réalisons que la seule façon de nous protéger est de diffuser notre histoire auprès du plus grand nombre de gens possible. Nous serons sans-abri le mois prochain, car nous n’avons plus de biens à vendre et ne pouvons plus payer nos dépenses. Nous souhaitons commencer à donner des présentations et partager notre histoire, nous espérons trouver des gens qui aimeraient embaucher deux personnes productives, intelligentes et talentueuses. Mais, nous n’allons pas cesser de raconter notre histoire. »

 
Et l’on retrouve toujours les mêmes aux manettes...

La BRI, la banque centrale des banques centrales (Banque des Règlements Internationaux possède 58 banques centrales mondiales, le FMI, la Banque Mondiale, le Forum de Davos,...), appartenant aux géants de la finance (Rothschild, Rockfeller, ...) l’a décidé, leur ennemi sont les banques iraniennes et tous ceux qui veulent sortir du système qu’ils ont mis en place (Voir : ON EST BIEN DANS LAMEEEEEEEEEEEEEERDE !)
Les bouleversements du Printemps arabe rentrent dans le cadre du projet du Grand Moyen-Orient de George W. Bush, proclamée après 2001 pour apporter la «démocratie» et le «libéralisme marchand» à travers la réforme économique des pays islamiques de l’Afghanistan au Maroc.  La guerre civile syrienne est entièrement financée et dirigée par l’Occident.

Le plus ancien des porte-parole officiel du CNS (Conseil national syrien) basé à Paris est l’universitaire syrienne Bassma Kodmani, qui en 2012 a assisté à sa deuxième conférence Bilderberg. En 2005, Kodmani travaillait au Caire pour la Fondation Ford, une couverture traditionnelle de la CIA, et en septembre de cette année, a été nommée directrice générale de l’Arab Reform Initiative (ARI), un programme de recherche du Council on Foreign Relations (CFR de Rockfeller).
Le NED (ONG financée par le gouvernement US) est actif dans tous les pays qui ont connu des soulèvements populaires «spontanés» : la Tunisie, l’Égypte, la Jordanie, le Koweït, la Libye, la Syrie, le Yémen et le Soudan. Le maitre d’œuvre et 1er dirigeant de la NED, Allen Weinstein, a déclaré au Washington Post en 1991 : «beaucoup de ce que nous faisons aujourd’hui a été accompli secrètement il y a 25 ans par la CIA.»

On ne comprend plus rien au film
Qui était le plus méchant Khadafi ou l'ayatollah Khomeny ? Nous sommes des moutons, le pouvoir politique et les  médias nous font gober depuis des décennies ce qu'ils veulent. Qui sont les amis des occidentaux, Al-quaida que nous soutenons en Syrie, mais que nous combattons au Mali, en Irak et au Pakistan, où bien est-ce le Hezbollah, ami aujourd’hui de la Syrie et de l’Iran ?

Il ne faut pas oublier que les Etats-unis ont envoyé, après l’attentat de 11 septembre 2001, des supposés membres d’Al-quaida dans des prisons en Syrie et en Libye afin qu’ils puissent donner des informations. Celles-ci ont été obtenues sous la torture, aux USA, on ne n’emploie aucunement ce type de moyen.

Peut- être faudrait-il demander à de grands stratèges tels que Barack Hussein ou Culbuto de nous expliquer. Ce même Obama, qui annonçait dans un discours à l’occasion de la mort de Khadafi, avoir libéré la Libye de la tyrannie et battu Al-quaida. On s’y perd. Finalement la guerre c’est un cirque, les mêmes acteurs jouent des rôles différents selon le conflit et personne ne se pose de questions. On arrète des gamins de banlieue parce qu’ils vont se battre en Syrie pour Al-quaida, groupe rebelle que notre gouvernement soutient plus ou moins. Va comprendre ? Même les rebelles ne s’y retrouvent plus.

A LA FIN IL N’ Y A QU’UN GAGNANT, C’EST LES STATES

 

Encadré :  Chronologie

Comme vous le constatez, les occidentaux sont allés vite en besogne.

¨       1951- Proclamation de l'indépendance de la Libye.

¨       1er septembre 1969 - Un coup d'Etat renverse le roi Idriss Ier et porte le colonel Mouammar Kaddafi au pouvoir.

¨       1970 - Nationalisation des banques, des propriétés des colons étrangers et des compagnies pétrolières.

¨       1973 - Lancement de la révolution culturelle islamique et occupation de la bande d'Aozou au nord du Tchad (annexée en 1975).

¨       2 mars 1977 - Instauration de l'Etat des masses, "la Jamahiriyya arabe populaire et socialiste".

¨       6 mars 1982 -Embargo commercial des Etats-Unis.

¨       22 avril 1984 - Rupture des relations diplomatiques avec la Grande-Bretagne.

¨       15 avril 1986 - Bombardements américains sur Tripoli et Benghazi (101 morts dont la fille adoptive de Kaddafi) en représailles à un attentat dans une discothèque berlinoise fréquentée par des militaires américains.

¨       1987 - Défaites militaires au Tchad.

¨       21 décembre 1988 - Attentat contre un Boeing de la PAM-AN au-dessus de Lockerbie, en Ecosse (270 morts).

¨       17 février 1989 - Adhésion à l'Union du Maghreb arabe.

¨       19 septembre 1989 - Attentat contre un DC-10 d'UTA au-dessus du désert du Ténéré (Niger ; 170 morts).

¨       15 avril 1992 - Embargo aérien et militaire de l'ONU.

¨       3 février 1994 - La Cour internationale de Justice de La Haye donne raison au Tchad à propos de la bande d'Aozou. La Libye évacue le territoire.

¨       5 avril 1999 - Suspension de l'embargo après un accord autorisant les suspects libyens de l'attentat de Lockerbie à être jugés devant une cour écossaise.

¨       31 janvier 2001 - Fin du procès des deux Libyens impliqués dans l'attentat de Lockerbie : Abdel Basset Ali al-Megrahi est condamné à la prison à vie et Al-Amine Khalifa Fhimah est acquitté.

¨       Mars 2002 - Début de la construction d'un gazoduc Libye-Europe.

¨       20 janvier 2003 Election à la commission des droits de l'Homme de l'ONU.

¨       31 août 2003 - Accord sur une indemnisation de 2,7 milliards de dollars versée aux familles des victimes de l'attentat de Lockerbie.

¨       12 septembre 2003 - Levée des sanctions imposées par l'ONU en 1992 et suspendues en 1999.

¨       19 décembre 2003 - Abandon de son programme de développement d'armes de destruction massive.

¨       9 janvier 2004 - Accord avec le collectif des familles de victimes de l'attentat du DC-10 d'UTA sur leur indemnisation, portée à un million de dollars par victime.

¨       25 mars 2004 - Visite de Tony Blair, Premier ministre britannique.

¨       23 avril 2004 - Levée des sanctions américaines.

¨       27 avril 2004 - Visite de Mouammar Kaddafi à Bruxelles (Belgique).

¨       6 mai 2004 - Condamnation à mort de cinq infirmières et d'un médecin palestinien, accusés d'avoir inoculé le virus du sida à 438 enfants à l'hôpital de Benghazi.

¨       10 août 2004 - Accord sur l'indemnisation des victimes de l'attentat commis en 1986 contre une discothèque à Berlin.

¨       11 octobre 2004 - Levée des sanctions économiques européennes et de l'embargo sur les armes.

¨       15 mai 2006 - Reprise des relations diplomatiques avec les Etats-Unis et suppression de la Libye de la liste des Etats soutenant le terrorisme.

¨       19 décembre 2006 - Nouveau procès des infirmières bulgares et du médecin palestinien ; la peine capitale est confirmée.

¨       24 juillet 2007 - Libération des cinq infirmières bulgares et du médecin palestinien.

¨       16 octobre 2007 - Election de la Libye au Conseil de sécurité de l'ONU en tant que membre non permanent.

¨       17 avril 2008 - Annulation de la dette par la Russie en échange de contrats commerciaux.

¨       Août 2008 - Accord américano-libyen sur l'indemnisation des victimes américaines des attentats libyens et de celles des représailles américaines dans les années 1980. Excuses de Silvio Berlusconi à la Libye pour les exactions commises par l'Italie pendant l'occupation coloniale (1912-1945).

¨       5 septembre 2008 - Visite de la secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice.

¨       2 février 2009 - Election de Mouammar Kaddafi à la tête de l'Union africaine pour un an.

¨       20 août 2009 - Libération d'Abdel Basset al-Megrahi, auteur de l'attentat de Lockerbie, atteint d'un cancer en phase terminal.

¨       12 mai 2010 - Crash d'un Airbus A330-200 de la compagnie libyenne Afriqiyah Airways à Tripoli (103 morts).

¨       15-16 février 2011 - Emeutes dans la ville de Benghazi.

¨       17 février 2011 Début des manifestations pour réclamer le départ du colonel Mouammar Kaddafi. Elles sont violemment réprimées.

¨       21 février 2011 - Bombardements de Tripoli par l'armée de l'air.

¨       22 février 2011 - Le ministre de la Justice, Abdeljalil, et celui de l'Intérieur, Younès, rejoignent la rébellion.

¨       25 février 2011 - Sanctions américaines contre le gouvernement libyen avec le gel des avoirs du clan Kaddafi et de la banque centrale.

¨       26 février 2011 - L'ambassade de France à Tripoli ferme - L'ambassadeur de Libye à l'ONU se rallie à la révolte libyenne.

¨       26 février 2011 - Résolution de l'ONU imposant un embargo sur les armes, une interdiction de voyager et un gel des avoirs du colonel Mouammar Kaddafi, ses huit enfants et six autres personnes, et demandant la saisine de la Cour pénale internationale (CPI) pour "crimes contre l'humanité".

¨       27 février 2011 - A Benghazi, les opposants forment un Conseil national de transition (CNT), dirigé par Abdeljalil, ex-ministre de la justice.

¨       28 février 2011 - Sanctions européennes imposant un embargo sur les armes contre la Libye, un gel des comptes bancaires et des interdictions de visa contre le colonel Mouammar Kaddafi et 25 de ses proches.

¨       2 mars 2011 - Début de la contre-offensive des forces pro-Kaddafi dans l'est du pays.

¨       10 mars 2011 - La France reconnaît le CNT comme "seul représentant de la Libye".

¨       17 mars 2011 - Résolution 1973 de l'ONU qui autorise le recours à la force pour protéger les populations civiles, crée une zone d'exclusion aérienne, et renforce l'embargo sur les armes et le gel des avoirs de toutes les autorités libyennes.

¨       18 mars 2011 - Les autorités libyennes décrètent un cessez-le-feu qui ne sera pas respecté.

¨       19 mars 2011 - Début des frappes aériennes de la coalition internationale contre les forces pro-Kaddafi.

¨       27 mars 2011 - L'Otan prend le commandement des opérations militaires.

¨       31 mars 2011 - L'OTAN prend le relais des Etats-Unis pour les frappes aériennes contre les forces pro-Kadhafi.

¨       14 avril 2011 - Le groupe de contact sur la Libye se réunit à Paris.

¨       30 avril 2011 - Le plus jeune fils du leader Kadhafi, Saïf Al-Arab, et 3 de ses petits-enfants sont tués dans un raid de l'OTAN à Tripoli.

¨       5 mai 2011 - Le groupe de contact sur la Libye se réunit à Rome.

¨       11 mai 2011 - La rébellion prend l'aéroport de Misrata.

¨       22 mai 2011 - L'UE ouvre à Benghazi un bureau de liaison.

¨       9 juin 2011 - Visite du président du Sénégal, Abdoulaye Wade, premier chef d'Etat à se rendre à Benghazi.

¨       13 juin 2011 – Le ministre des AE allemand Westerwelle se rend à Benghazi.

¨       27 juin 2011 - La CPI lance un mandat d'arrêt pour crimes contre l'humanité contre le dictateur libyen Kadhafi, son fils Seif al-Islam et le chef des renseignements Al-Senoussi.

¨       29 juin 2011 - La France reconnaît avoir parachuté des armes aux rebelles dans les montagnes de Nefoussa.

¨       15 juillet 2011 - Le groupe de contact international sur la Libye reconnaît le CNT comme "l'autorité gouvernementale légitime".(France)

¨       28 juillet 2011 - Assassinat du chef militaire de la rébellion, Abdel Fatah Younès.

¨       8 août 2011 - Abdeljalil, Pdt du CNT, limogé le Gvt par intérim.

¨       9 août 2011 - Le régime accuse l'Otan d'avoir tué 85 civils dans des raids contre un village proche de Zliten.

¨       18 août 2011 - Le régime propose de nouveau un cessez-le-feu tout en excluant un départ de son leader Kadhafi.

¨       18 août 2011 - Les rebelles prennent Zliten (est de Tripoli) et Zawiyah et avancent vers Tripoli.

¨       21 août 2011 - Les rebelles libyens entrent dans Tripoli.

¨       21-22 août 2011 - Chute de Tripoli : les rebelles de la CNT investissent la Place Verte, qui est rebaptisée Place des Martyrs.

¨       23 août 2011 - Les rebelles libyens, à Tripoli, prennent le contrôle du QG de Kadhafi.

¨       29 août 2011 - L'épouse de Mouammar Kaddafi, Safia Farkash, sa fille, Aïcha, et deux de ses fils, Hannibal et Mohamed, accompagnés de leur enfants se réfugient en Algérie.

¨       11 septembre 2011 - Saadi Kaddafi se réfugie au Niger.

¨       12 septembre 2011 - Premier discours public du président de la CNT, Mustapha Abdeljalil, à Tripoli.

¨       15 septembre 2011 - Visite du président français, Nicolas Sarkozy, et du Premier ministre britannique, David Cameroun, à Tripoli et à Benghazi.

¨       15 septembre-20 octobre 2011 - Bataille de Syrte.

¨       20 septembre 2011 - L'Union africaine reconnaît officiellement le Conseil national de transition (CNT).

¨       20 octobre 2011 - Mort du colonel Mouammar Kaddafi et de l'un de ses fils, Moatassem, lors de la chute de Syrte, dernier bastion pro-Kaddafi.

¨       23 octobre 2011 - Le CNT proclame la fin de la révolution libyenne, la libération totale du pays et l'instauration de la charia.

¨       31 octobre 2011 - L'Otan met fin à son opération en Libye.

¨       Novembre 2011 - Des Touareg maliens, ex-mercenaires en Libye, reviennent au Mali.

¨       19 novembre 2011 - Saïf al Islam Kadhafi, fils et héritier politique de Mouammar Kadhafi, est arrêté dans le sud de la Libye.

¨       16 décembre 2011 - Levée des sanctions de l'ONU et des Etats-Unis imposées en février 2011.

¨       17 décembre 2011 - Visite du secrétaire américain à la Défense, Leon Panetta.

¨       6 mars 2012 - La province de la Cyrénaïque proclame son autonomie.

¨       7 juillet 2012 - Victoire de l'Alliance des forces nationales (AFN) de Mahmoud Djibril lors des élections législatives qui sont les premières élections libres de l'histoire du pays.

¨       8 août 2012 - Le CNT remet le pouvoir au Congrès général national (CGN), nouvelle assemblée nationale élue le 7 juillet.

¨       11 septembre 2012 - Attaque du consulat américain à Benghazi (4 morts dont l'ambassadeur Christopher Stevens).

¨       24 octobre 2012 - Prise de contrôle de Bani Walid, bastion kaddafiste.

¨       23 avril 2013 - Attentat contre l'ambassade de France à Tripoli.

¨       5 octobre 2013 - Capture à Tripoli d'Abou Anas al-Libi, l'un des responsables présumés des attentats de Nairobi et de Dar es-Salaam d'août 1998, par un commando des forces spéciales américaines.

¨       10 octobre 2013 - Le Premier ministre, Ali Zeidan, est enlevé puis libéré par l'ancien groupe rebelle de la "Chambre des opérations des révolutionnaires" à Tripoli.