29 mai 2014

Le diner de cons de Bruxelles



Mardi, deux jours après l'élection au Parlement européen, les 28 chefs d'état ont organisé un diner à Bruxelles. Chacun a eu 4 minutes pour prendre la parole. Notre François Pignon a été mis au rencard par les 27 et son discours n'a même plus amusé ses collègues. A Bruxelles, notre Culbuto a enfin trouvé sa place, jusqu'à son départ, ce sera lui le con de tous les diners.

Il avait pourtant été énergique la veille à la télé, les 27 allaient l'entendre, il allait taper du poing sur la table. Mais à Bruxelles, son discours était tout autre. Il a essayé d'expliquer que la France allait faire des réformes structurelles et qu’elle souhaitait  qu’on la ménage et qu’on lui laisse du temps, mais peine perdue ! Finalement, ses collègues l'ont trés peu laisser parler et sont passés à autre chose, ils n'avaient plus envie de l'entendre, parce qu'à Bruxelles aussi, plus personne ne le croit.

Angéla Merkel, la grande gagnante de ces élections l'a même humilié quand elle a dit qu’il fallait répondre au vote d’extrême-droite en faisant de la compétitivité, de la croissance et de la richesse . Elle a ajouté que c'était valable pour tous, y compris les Français.

Culbuto lasse tout le monde avec ses discours creux. Jamais la France n’aura eu si peu d’influence et aussi peu d’autorité. Et Hollande a donné à la France sa propre image, ses mensonges, son manque de courage. A cause de lui, personne ne nous prend au sérieux. La seule réussite de Culbuto est d'avoir entrainé avec lui dans sa faillite l'UMP et l'extrême gauche.

Quelle crédibilité accorder à un menteur, fossoyeur de son pays dont le seul but est de gagner du temps parce qu'il pense uniquement à lui. Il se voit réélu en 2017. Dans les diners de cons, chaque convive amène le sien, hier soir, les 27 pays européens se sont mis d'accord pour n'inviter qu'un con qui surpassait tous ceux auxquels ils auraient pu penser. Nous, Français, savions que c'était un champion du monde. Eux n'ont pas mis longtemps à le comprendre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire