28 févr. 2014

Tout est bon dans le cochon...


Cette semaine, grâce à Hollande en visite au Salon de l’agriculture, nous avons droit à des infos de première importance de la part des médias. Tout d’abord,  nous avons appris qu’il a failli ne pas se rendre Porte de Versailles pour l’inauguration du Salon. En effet, il a passé la nuit à veiller avec ses principaux conseillers car il se posait une question: devait-il y aller ou pas ? that is the questionl ! Les paysans vont-ils le huer, ou lui lancer quelques victuailles. Finalement, il se décida à affronter les agriculteurs (sans son casque) et il a bien fait car le gros a pu manger et boire « à l’oeil » et il ne s’est pas géné. Autre info : Goasguen a-t-il vraiment appartenu à des mouvements d'extrême-droite ? Vous voulez mon avis, on s’en fout !. Cette semaine Michel Sapin, le ministre du travail, s’y est mis aussi : « Je souhaite moins de chômeurs à la fin de l'année, je compte poursuivre la lutte grâce à la boîte à outils et au pacte de responsabilité pour relancer la machine ». C’est vrai que vu de l’hexagone tout va bien en France, les sportifs ont ramené 15 médailles de Sotchi, le fils Zidane prénommé Enzo est appelé en équipe de France, que des bonnes nouvelles. Bruxelles peut raconter ce qu’il veut, ce n’est pas ça qui va nous gacher notre joie. Culbuto et Moscovessie sont confiants, donc y a pas de mouron à se faire, le capitaine et son second tiennent bon la barre. Et bien moi, j’ai décidé, cette semaine, de vous distiller des infos différentes.

Chapeau Hollande, le bateau coule, mais tout va bien
Il faut bien reconnaître à Hollande, qu’il a réussi à terrasser son « véritable adversaire, le monde de la Finance », et même avec un certain succès par la chute de 77% des investissements étrangers en 2013. Il a déclaré que la France «n’a pas peur des capitaux », c’est vrai, ce sont les capitaux qui ont peur de s’investir en France. Pour faire bonne mesure, Bruxelles vient de prévenir que  la France ne pourra pas revenir sous la barre des 3% de déficit en 2015 comme promis. On sera même loin des 2,8 % prévus par Pépère et Mosco à L’UE quand ils avaient obtenu l’an dernier un  report d’échéance. Le déficit annoncé par Bruxelles devrait être de 4% en 2014 et 3,9% en 2015. Même tendance pour l’endettement qui se rapprochera des 100%. La France est le seul dans ce cas dans la zone Euro, les prévisions des autres états sont nettement meilleures.

Moscovici, notre menteur numéro 2 a tout de suite réagi en assurant que la France ne négociera pas de délais supplémentaires parce qu’elle maintiendra son cap grâce au pacte de responsabilité qui est, parait-il très apprécié des européens. Bruxelles a été patient, mais nos partenaires européens n’ont plus confiance dans l’équipe de gugusses qui dirigent la France. L’Europe pourrait mettre la France sous tutelle, ce qui signifierait que les taux d’intérêt ne seront plus garantis. Tout cela tiendrait en équilibre si le pacte de compétitivité et de responsabilité s’appliquait, mais personne n’est dupe. Hollande peut s’agiter comme il veut, mais avec ou sans le pacte, ce ne sera pas suffisant.
Bruxelles en a assez de jouer au poker menteur.

Le chômage va s’inverser fin 2014 !
Il y a, à fin 2013, un total de 5.528.900 de chômeurs en France métropolitaine (5.854.200 avec les DOM/TOM). Cela correspond à une hausse de 343.000 sur un an, soit +6,6%, mais Sapin continue à nous dire que tout va bien, la hausse du chômage ralentit. L’Élysée n’avait pas manqué de se réjouir de cette baisse de l’augmentation en estimant qu’« un premier résultat est acquis» et que « les chiffres publiés confirment que la bataille pour l’emploi peut être gagnée ».

Il est pourtant facile de faire les calculs. L’insee nous informe qu’il y a 28,3 millions d’actifs en France et 5.528.900 de personnes au chômage dans les 4 catégories (Vous remarquerez que l’on oublie systématiquement les DOM/TOM afin que les chiffres soient moins catastrophiques). Sur ce total des actifs, il faut retirer les fonctionnaires ou assimilés (7 millions) qui ne risquent pas de pertes d’emplois et qui ne cotisent pas, les entrepreneurs individuels (2,3 millions) qui n’y ont pas droit non plus et qui ne cotisent pas et ensuite les gérants de sociétés qui n’ont pas le droit aux indemnités chômage, mais qui payent toutefois les cotisations. Cela nous donne 5.528.900 millions de chômeurs pour 19 millions d’actifs soit un taux de 29% (qui passe à 31% si l’on inclut les DOM/TOM).

Le gros mensonge de Hollande et de Fabius sur la Syrie
Une étude du Massachusetts Institute of Technology (MIT)  affirme que le massacre chimique d'août 2013 a été perpétré depuis une zone rebelle, contredisant les affirmations de la France et des Etats-unis.
Le 4 février dernier, Laurent Fabius était invité par l'Essec à s'exprimer sur le dossier syrien. Un jeune homme se présentant comme journaliste indépendant pour l'Agence Info libre interroge le ministre sur le rapport MIT selon lequel, affirme le journaliste, « Bachar el-Assad ne serait pas à l'origine de l'attaque chimique de la Ghouta » Cette attaque chimique, survenue le 21 août dernier dans la banlieue de Damas, qui a fait des centaines de morts, avait été le prétexte pour Hollande et Obama, de lancer des raids aériens contre le régime syrien. « Pouvez-vous aujourd'hui devant cette assemblée reconnaître que vous vous êtes trompés sur cette situation et présenter vos excuses ? » demande alors le jeune homme. Stupeur et murmures puis, en guise de réponse gros mensonge et langue de bois « Certainement pas », répond Laurent Fabius, « Il y a eu une enquête des Nations unies qui ont diligenté beaucoup d'experts et qui ont établi de la façon la plus ferme qu'il y avait eu un massacre chimique (...) qui trouvait son origine dans les gens du régime »

Les accusations de ce jeune journaliste ne sont pas sans fondement. Si le rapport final de l'ONU, remis en décembre dernier, confirme l'existence de preuves flagrantes et convaincantes de l'utilisation d'armes chimiques dans la région de la Ghouta, il n'accuse nullement le régime syrien, encore moins les rebelles, les inspecteurs onusiens n'étant pas mandatés pour le faire.  Pourtant Bachar el-Assad est en revanche incriminé par les services de renseignements américains et français, par des rapports publiés respectivement le 30 août et le 3 septembre 2013, pour justifier publiquement des frappes occidentales à venir.
Les conclusions des services de renseignements américain et français sont aujourd'hui remises en cause par le rapport du MIT qui affirme que les attaques chimiques ont tout simplement été lancées depuis une zone tenue par les rebelles syriens. La conclusion la plus importante est que les roquettes tirées avaient toutes les caractéristiques de missiles de type Grad, de courte portée de 2km (or les positions syriennes étaient à plus de 10km), sur lesquels étaient fixés les barils de gaz. Une conclusion que François Géré, directeur de l'Institut français d'analyse stratégique (Ifas), juge "crédible", d'autant plus qu'elle est évoquée par le rapport final de l'ONU sur l'attaque de la Ghouta.

Il n’y a pas non plus de preuves flagrantes que ce soient les rebelles qui ont lancé cette attaque. En tout cas notre « Chef de guerre » voulait engager la France dans une nouvelle aventure. S’il n’avait pas été laché par Cameron, puis par Obama et si Poutine n’avait pas réagi, notre « Naboléon » aurait lancé la France dans sa 3ème guerre. Moi, je vous dis : cet homme est inconscient et dangereux.
Bien sûr, côté presse française pas un mot… Ne parlons même pas des journaux télévisés.

Aujourd’hui, la Syrie est infestée par les islamiques d’Al Quaida. D'ailleurs l'Angleterre entre autres a arrêté ses fournitures d'armes aux insurgés du fait que l'on ne sait pas vraiment dans quelles mains elles tombent. Il n’y a que la France, enfin plutôt Culbuto qui continue à soutenir les rebelles aujourd’hui.

Poils aux dents
Une étude russe, validée par des chercheurs américains, tendrait à prouver que les OGM stériliseront l'humanité au bout de 3 Générations. On soupçonnait déjà que la perte de la fertilité était au nombre des graves dégâts occasionnés par les OGM, une étude récente va dans ce sens.

Menée conjointement par l'Association Nationale pour la Sécurité Génétique et l'Institut de l'Ecologie et de l'Evolution, cette étude russe a duré deux ans, avec pour cobayes des hamsters de race Campbell, une race qui possède un taux de reproduction élevé. Les hamsters ont été nourris pendant deux ans de manière classique, à l'exception de certains d'entre eux qui ont été plus ou moins nourris avec du soja OGM (importé régulièrement en Europe) résistant à un herbicide.
Quatre groupes de cinq couples ont été constitués: le premier a été nourri avec des aliments qui ne contenaient pas de soja, le second nourri au soja conventionnel, le troisième a été alimenté avec un complément de soja OGM et enfin le quatrième groupe a été nourri pratiquement qu’avec du soja transgénique.

A la fin de la première phase, les quatre groupes ont eu en tout 140 petits. En deuxième phase, les petits, devenus adultes,  ont été accouplés. Les nouvelles paires de la deuxième génération ont, elles aussi, eu des petits, créant de fait la troisième et dernière génération de cobayes. A la 3ème génération, il y a eu 52 naissances dans le groupe qui n'ont pas consommé du tout de soja, 78 dans celui qui a consommé du soja conventionnel, 40 petits, dont 25% sont morts dans le groupe qui a reçu un complément de soja OGM et dans le groupe qui a mangé le plus de soja génétiquement modifié, une seule femelle a réussi à donner naissance à 16 petits, dont 20% sont morts  .
Ces derniers hamsters nourris au soja OGM, n'ont plus été capables de se reproduire... Mais une autre surprise de taille a été observée: certains de ces hamsters issus de la troisième génération se sont retrouvés avec des poils ... dans la bouche, un phénomène d'une extrême rareté.

En France, la culture du soja n’est pas encore autorisée, mais l’importation du soja transgénique l’est depuis longtemps pour la nourriture des animaux.
Monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir et aujourd’hui les français mangent des aliments avec OGM et produits chimiques sans le savoir. Il n’est qu’à consulter le site de greenpeace France pour s’apercevoir que les produits que vous achetez sont loins d’être sains. Même si la France interdit encore les plantes OGM dans les champs, ils sont omniprésents dans les assiettes. On peut en effet les trouver directement en aliments, mais aussi indirectement dans de nombreux produits issus de l’élevage des animaux. N’oublions pas non plus que l’agriculture industrielle utilise en masse des pesticides et des engrais chimiques de synthèse toxiques qui polluent l’eau et le sol. La France est particulièrement « accro » puisque c’est le premier pays consommateur d’herbicides, de fongicides et d'insecticides en Europe et le 3ème au monde !

 Greenpeace vient de mettre en ligne sur son site internet la liste des aliments quotidiens (Cliquez ici) dans lequel les OGM se retrouvent sous la forme d’ingrédients et/ou d’additifs.
http://guide-ogm.greenpeace.fr/guideogm.pdf

La conclusion est : ne vous fiez pas aux labels AOC ou labels rouges, ne mangez que bio.
Car l'ennui, au fond, c'est que nous tous, les consommateurs, sommes au bout de cette chaîne alimentaire: alors finalement dans l'histoire, qui sont réellement les cobayes?
 

Les anciennes colonies payent un impôt à la France
Lorsque la France, en 1958, proposa à ses colonies africaines de leur accorder l’indépendance en 1960, la Guinée de Sékou Touré choisit de sortir de suite de l'empire colonial français. Cela ne plut pas à nos politiques et le gouvernement demanda à ses fonctionnaires en place en Guinée de détruire tout ce qui représentait les avantages de la colonisation française. Trois mille Français quittèrent le pays, en prenant tous leurs biens et détruisant tout ce qui ne pouvait pas être déplacé: les écoles, les crèches, les bâtiments de l'administration publique furent détruits, les voitures, les livres, les médicaments, les instruments de l’institut de recherche, les tracteurs ont été écrasés et sabotés; les animaux dans les fermes furent tués, et les nourritures entreposées furent brûlées ou empoisonnées.

Le but était d'envoyer un message clair à toutes les autres colonies. La peur s’empara des Élites Africaines, et après ces événements aucun pays ne suivit l'exemple de Sékou Touré. Un seul tenta de trouver un compromis avec la France, Sylvanus Olympio, le 1er président du Togo. Il trouva une solution susceptible de calmer les Français : il refusa de signer le pacte colonisation proposé par De Gaulle, mais accepta en contrepartie de payer une dette annuelle à la France pour les soi-disant avantages obtenus lors de la colonisation française.
Toutefois, le montant estimé par la France était si lourd que le remboursement annuel était proche de 40 % du budget du pays en 1963. Olympio décida alors de sortir du système monétaire imposé par la France le franc FCFA et créa une monnaie togolaise. Le 13 Janvier 1963, trois jours après qu’il ait commencé à imprimer les nouveaux billets, une escouade de soldats s’empara du pouvoir et tua le 1er président élu de l'Afrique indépendante : Olympio fut exécuté par un ex Légionnaire français, le sergent de l'armée Etienne Gnassingbé qui, au passage, reçu à ce moment une prime de 612 dollars de l'ambassade française locale pour sa mission. Le nouveau pouvoir togolais accepta le pacte, mais la France conserva le principe de taxer les anciennes colonies.

Plus tard, d’autres chefs d’état ont eu des vélléités d’indépendance comme Modiba Keita (1er président du Mali) renversé par Moussa Traoré (ex-légionnaire français), David Dacko (1er président de la République centrafricaine). fut renversé par Jean-Bedel Bokassa, (ex légionnaire français), Maurice Yaméogo (1er président de la Haute-Volta,  aujourd'hui  Burkina Faso, tué par Aboubacar Sangoulé Lamizana, (ex légionnaire français), Hubert Maga, (1er président du Bénin) renversé par Mathieu Kérékou, (ex-légionnaire français),... la France usera à nombreuses reprises de mercenaires anciennement affiliés à la légion étrangère pour réaliser des opérations coup de poings contre les présidents nouvellement élus.
Et aujourd’hui, cette situation perdure, 14 pays africains sont obligés par la France , à travers le pacte colonial , de mettre 65% de leurs réserves à la Banque de France sous le contrôle du ministère des finances français. En 2014, le Togo et 13 autres pays africains doivent encore payer la dette coloniale en France . Et gare à ceux qui refusent de payer. Ce système est dénoncé par l'Union européenne, mais la France n'est pas prête à se passer de ce système colonial qui lui offre une trésorerie permanente d’environ 500 milliards de dollars en provenance de l’Afrique. Lorsqu’un état souhaite utiliser ses fonds, il ne peut en utiliser que 20% de son dépôt (car le reste est joué en bourse par l’état français à son profit !), au-delà, la Banque de France lui fait un prêt avec intérêts après accord du ministre des finances... français. C’est par ce biais que l’état français s’enrichit sur le dos des africains.

En contrepartie, ces états africains ont droit à la protection de la France. Cela expliquerait sans doute la rapidité de Culbuto à intervenir en Afrique. Cette protection n’est pas si amicale que l’on veut bien nous le dire.
L’accord qui lie la France n’est pas seulement monétaire, le contrat liant la France à ses anciennes colonies, c’est aussi la coopération, la monnaie, le franc CFA, le système éducatif français, les ententes militaires et les préférences commerciales. (Voir encadré).

Jusqu'à quand vont-ils payer ? Le seul homme politique français à avoir parlé du sujet a été Jacques Chirac qui disait que ce serait justice de rendre cet argent aux africains (Voirvidéo).
A titre de comparaison historique, la France a fait payer à Haïti l'équivalent moderne de 21 milliards de dollars de 1804 à 1947 ( près d'un siècle et demi ) pour les pertes causées aux marchands d'esclaves français suite à l' abolition de l'esclavage et à la libération des esclaves haïtiens. Les Pays africains paient la taxe coloniale depuis  50 ans.

Est-ce cela la Françafrique que Hollande voulait arrêter ?
Voilà une belle page de l'Histoire de France !
 

Encadré :
France Afrique : Un contrat à sens unique

Voici les 11 principales composantes du pacte de colonisation toujours en vigueur aujourd’hui qui concerne le Bénin, Burkina Faso, Guinée- Bissau, Côte-d'Ivoire, Mali, Niger, Sénégal, Togo, Cameroun, République centrafricaine, Tchad, Congo-Brazzaville, la Guinée équatoriale et le Gabon.
1 . La dette coloniale en contrepartie des avantages apportés par la colonisation.
2 . Chaque état africain doit placer au moins 65 % de ses réserves de change dans un « compte d'opérations » à la banque de France, ainsi que 20 % supplémentaires pour couvrir les passifs financiers.
La Banque de France n’accorde qu’un montant de 20 % de leurs réserves. Les facilités de découvert sont sous réserve du consentement du Trésor français. Le dernier mot reste à la Banque de France qui investit, POUR SON COMPTE, les réserves des pays africains à la Bourse de Paris.
Les pays eux-mêmes ne savent pas quel est le montant de leurs réserves. Les gains de l'investissement de ces fonds par la Banque de France sont censés être ajoutés à la réserve de chaque état, mais il n’y a pas de comptabilité transmise  aux pays, ni les détails de ces modifications. L’estimation de la somme que gère la France serait de 500 milliards de dollars.
Les pays africains n'ont pas accès à leur argent. Ils accèdent à seulement 20 % par an. S'ils ont besoin de plus, ils doivent emprunter, à des taux commerciaux, sur les 65% de leur argent détenu par la France.
3 . Droit de priorité de la France sur toutes ressources brutes ou naturelles découvertes dans le pays,
4 . Priorité aux intérêts et aux entreprises françaises dans les marchés publics et constructions publiques, même dans le cas où les pays africains peuvent obtenir de meilleures conditions financières d’autres pays.
5 . Droit exclusif de la France de fournir des équipements militaires et de former les officiers militaires des pays.
6 . Droit pour la France de pré-déployer des troupes et intervenir militairement dans le pays pour défendre ses intérêts. Après la réussite du coup d’état par la France, celle-ci a demandé au gouvernement Ouattara en Côte d’ivoire  de verser une indemnité à la communauté française pour les pertes pendant la guerre civile.
7 . Obligation de faire du français la langue officielle du pays et la langue pour l'éducation
8 . Obligation d'utiliser le franc CFA géré par la France. (Lors de l'introduction de l’Euro, les autres pays européens ont découvert cette monnaie sous exploitation française et ont demandé à la France de se débarrasser du système).
9 . Obligation aux états africains d'envoyer le rapport annuel du solde et de réserve (Sans le rapport, pas d'argent).
10 . Renonciation à entrer en alliance militaire avec tout autre pays, sauf autorisation par la France
11 . Obligation de s'allier avec la France en situation de guerre ou de crise mondiale

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire