8 déc. 2013

AREVA, dites-nous merci


Cette semaine Hollande avait décidé que c’est lui qui créérait l’actualité, il fallait oublier l’écotaxe, le ras-le-bol fiscal, etc...  Pour cela, la France avait préparé une motion qui avait de grandes chances d’être acceptée à l’Onu. Il n’était pas question qu’il rate sa 3ème guerre (après le Mali et la Syrie), Pépère mettait tout son poids dans la balance pour réussir cette guerre en Centrafrique. Y a que cela qui fonctionne bien pour sa popularité. Pour être tranquille, Il a envoyé Ayrault se promener toute la semaine en Chine quelques jours après que Moscovici en revienne bredouille.Les autres ministres (ceux qui ne sont pas en Chine) ont été priés d’ être discrets. Tout était fin prêt sauf que Mandela a passé l’arme à gauche le jour du déclenchement de sa guerre en Centrafrique. Il aurait pu attendre un jour ou deux.


Il avait tout prévu cette semaine. Avec ce qu’il préparait en Centrafrique, il pensait faire la une des médias français et étrangers. Mais il n’a pas de chance, le jour même de sa déclaration de guerre voilà que Mandela décide de décéder. Les journaux télévisés parlent à peine de lui et de la Centrafrique. En plus le lendemain, il n’y en a que pour le tirage au sort de la coupe du monde de football au Brésil.
J'avoue ne pas bien comprendre pourquoi tout d’un coup nous devons absolument aller en Centrafrique, au delà des raisons humanitaires qui sont réelles, mais est-ce le seul pays ou sévit ce problème. Je soupçonne que les raisons réelles nous entraînent petit à petit dans un conflit dans lequel nous allons nous enliser comme au Mali (Voir : Hollande, gendarme du Monde et de Corrèze). Ce n’est pas la première fois que Hollande essaie de se donner une stature internationale pour compenser l'échec de sa politique intérieure.

Personne ne lui a demandé d’y aller.  
Il est fort Pépère, réformé de l'armée, il aura tout de même réussi à faire 2 guerres depuis son arrivée, tout en diminuant le budget des armées. Et la France est toujours seule. On y comprend rien, est-ce une guerre de religion entre musulmans et chrétiens. Qui sont les rebelles ? on canarde qui ? quel camp a choisi la France ?

Hollande comme d’habitude n’a rien expliqué par son annonce de 2 minutes jeudi, peu après le feu vert de l’ONU. Le budget des opérations extérieures du ministère de la défense a explosé de 600 millions d’euros, il est passé à 1,3 milliards avec l’opération Serval au Mali et l’année n’est pas finie. La France n’a pas le sou pour faire cette guerre, mais peu importe, elle emprunte. Est-ce pour faire plaisir aux chinois qu’Hollande a décidé d’être le gendarme de l’Afrique. C’est sûr que c’est plus facile de faire des affaires quand les français ont pacifié la zone. Hollande veut doubler les échanges commerciaux entre la France et l’Afrique. Est-il niais à ce point pour ne pas se rendre compte qu’aujourd’hui les africains commercent avec des sociétés des pays émergeants (Brésil, Chine, Inde,...). Et lui le guerrier, ce qui le guide, c’est sa popularité. Pourquoi Hollande se réveille maintenant, personne ne lui a demandé d’intervenir cette fois-ci. Cela fait 9 mois que la Séléka a fait son coup d’état et c ‘est maintenant qu’Hollande agit. Pouvez-vous nous expliquer Monsieur Hollande, qui défendez-vous à part les 200 ressortissants français dont la plupart doivent être les diplomates et fontionnaires de l’ambassade de France et leurs familles, ou peut-être est-ce plutôt les mines exploitées par Areva. Pour quelles raisons intervenir dans ce pays qui depuis 50 ans, de coup d’état en coup d’état est dirigé par des dictateurs.
On aimerait savoir ce qui se passe . Qui se bat contre qui ? Que l'armée française intervienne pour arrêter les massacres c'est bien mais on aurait souhaité davantage d'explications de la part du gouvernement français.

Une situation inextricable
La Centrafrique est plongée dans le chaos depuis le renversement, le 24 mars dernier, du président François Bozizé par Michel Djotodia, le chef de la Séléka. Ce groupement rebelle est à dominance musulmane alors que 80% de la population est chrétienne. Le président Djotodia a dissous le mouvement Seleka car de nombreux combattants s’en prenaient à la population tandis que d’autres ex-Séléka ont été intégrés dans les forces de sécurité gouvernementale. Ces exactions à répétition de l'ex-Séléka ont poussé des populations chrétiennes à former des groupes d'auto-défense. Début septembre, les attaques de ces milices paysannes surnommées « anti-balakas » (anti-machettes), jusqu'alors inconnues, ont fait près de 100 morts dans la région de Bossangoa ainsi qu’une quarantaine de morts à Bouar.

Aujourd’hui, en face des forces armées françaises et de la Misca, nous avons les factions ex-sélékas (musulmans), les anti-balakas (groupe d’auto défense pro Bozizé), le LRA (Armée de Résistance du Seigneur), Le MMDPC (sud soudanais anti Seleka) et le FDCP (groupe musulman anti Seleka). De plus, le Nord Est est depuis longtemps aux mains des braconniers et trafiquants venus du Soudan pour la plupart, et qui disposent depuis longtemps d'un armement assez lourd. Nous ne sommes pas sortis de l'auberge si personne ne vient nous épauler ! Comment s’y retrouver et comment voulez-vous que la France remette de l’ordre ? 

Le rôle trouble des tchadiens
Hollande a annoncé que la France enverrait 1600 hommes qui viendront compléter les forces de la Misca (Cameroun, Ouganda, Soudan et Tchad)

Parmi les forces africaines de la Misca, on retrouve l’armée tchadienne forte de 650 hommes. Or certaines ONG critiquent le rôle trouble d’Idriss Deby, le président tchadien. L’ONG Survie regrette que la France soit l’obligée de Deby en raison du soutien tchadien à l'opération Serval au Mali. "La paix en Afrique ne doit pas se décider à l'Élysée avec des dictateurs", affirme Fabrice Tarrit, président de Survie.
En 2003, Idriss Deby a amené François Bozize par un coup d’état au pouvoir, puis en 2013, il l'a destabilisé, amenant son renversement par la Seleka. Comment l’armée tchadienne peut rétablir l’ordre dans le pays alors que le soutien du président tchadien va à la Seleka, principal responsable des exactions.

Encore une fois Hollande manque de fermeté.

Combien ça coute ?
Lors d’un interview à la TV5Monde Hollande a annoncé que l’opération ne durerait que 6 mois et ne coûterait que 4 à 500 millions d’euros. Il a demandé aux français de faire cet effort tout en rappelant que le coût resterait minime, puisque l’Union Européenne prenait à sa charge une part financière importante (tu parles 50 millions d’euros seulement !)

Hollande a annoncé qu’il voulait désarmer toutes les milices. Expliquez nous comment allez-vous faire avec 1600 hommes dans un pays grand comme la France. Pourquoi la France intervient en Centrafrique, ne serait-ce pas à cause des mines d’uranium qu’exploite AREVA (Voir encadré).
Il est temps de comprendre, Monsieur Hollande, que nous avons perdu la presque totalité de nos marchés en Afrique au bénéfice de pays qui se gardent bien de se prendre pour les missionnaires des droits de l'homme et qui n'y envoient aucun soldat.
 

L’Elysée confirme la sortie du nucléaire
La semaine dernière, j’avais annoncé qu’EDF, associé à deux entreprises chinoises , avait remporté un marché de 2 centrales nucléaires EPR en Grande Bretagne. Or cette semaine, je m’aperçois que mon annonce était erronée, Le 1er ministre britannique Cameron vient d’annoncer avoir signé avec la Chine l’achat de 2 centrales nucléaires ainsi qu’un train à grande vitesse. Comme quoi, il faut vérifier ses infos, EDF n’est que sous-traitant.

En début de semaine, l’Elysée annoncait le maintien de l’objectif de François Hollande de réduire à 50% la part du nucléaire dans la production d’électricité. Est-ce pour faire plaisir à ses amis verts ? Or,  dès le lendemain, nous découvrons dans la presse, qu’ Anne Lauvergeon, chargée de mission par Hollande et ex-patronne d’Areva,déclare que l'objectif de réduction de Hollande à 50 % à l'horizon 2025 est irréalisable. Quelle est la finalité de cette annonce par l’Elysée. J’avoue avoir du mal à comprendre ce que cherche Hollande en autorisant une telle annonce.
En France, aujourd'hui, les 58 réacteurs nucléaires d'EDF fournissent entre 75 et 78 % de l'électricité. Si l'on suppose une consommation comme celle d'aujourd'hui, ce sont 140 milliards de kilowattheures nucléaires qu'il faudra remplacer chaque année par un mélange d'énergies fossiles et renouvelables que nous n’avons pas. Anne Lauvergeon rappelle que ce serait extrêmement onéreux pour les ménages et pour les industriels et que les émissions de CO2 augmenteraient considérablement. Ou Hollande va t’il trouver l’argent pour payer le démantèlement des centrales et pour créer des moyens sensés combler le manque d’énergie ?

Aujourd’hui,  l’Allemagne et le Japon ont décidé de fermer un grand nombre de centrales et les effets s’en ressentent déjà. Il y a eu une augmentation du prix de l’électricité et la baisse de l’utilisation du nucléaire au Japon a entrainé une augmentation des prix du charbon et du gaz (GNL) qui vient notamment d’Australie, d’Indonésie et du Qatar. Ecologiquement, l’impact a été nocif et économiquement il a fait passer le prix de l’unité de gaz au Japon à 17 dollars alors qu’en Europe il oscille autour de 10 dollars et entre  3 ou 4 aux Etats-Unis, grâce au gaz de schiste.
Madame Lauvergeon jette un pavé dans la marre. Tout le monde sait aujourd’hui qu’en France, la logique consiste à essayer de prolonger la vie des centrales nucléaires plutôt que de les fermer. Seul Hollande et ses amis d’EELV sont hostiles à cette solution.

Pour remplacer les centrales nuclaires, je propose à Pépère de les remplacer par des « usines à vaches ». Une est en cours de construction en Picardie : il s'agit de collecter les bouses de vaches pour créer du méthane qui alimente une centrale électrique.

Les tribulations d’Ayrault en Chine
Quand les socialistes étaient dans l'opposition, ils critiquaient systématiquement tous les échanges diplomatiques avec la Chine, pointant du doigt le fait qu'on ne parlait pas assez des Droits de l'Homme. Finalement, c'est une fois au pouvoir qu'ils comprennent, les réalités économiques et diplomatiques.

Compte tenu de sa popularité en France, pour les chinois,  Ayrault n'est pas forcément le bon interlocuteur.
Décidemment les socialistes ont beaucoup de mal avec la Chine. Déjà pendant la campagne électorale en février 2012, le candidat Hollande avait envoyé Laurent Fabius, comme émissaire, mais personne n'avait voulu le recevoir. Hollande a fait ensuite un voyage présidentiel de 37 heures en mars 2013, où, à part des signatures de vagues promesses de négociations, ce déplacement s’était soldé par un fiasco. La semaine dernière,  Moscovici s’est rendu en Chine pour tenter de ramener des contrats mais sans succès (voir : Moscomic est rentré bredouille de Chine). Quelle surprise d’apprendre mardi, que le Premier ministre Jean-Marc Ayrault était parti pour Pékin la veille au soir. Va t-il faire mieux que Moscomic ... ? Là est la question. En tout cas, les chinois rigolent devant un tel amateurisme !

Ayrault, pas vraiment sûr de lui, a préféré prévenir qu’il n’y allait pas pour empocher des contrats, mais pour préparer le voyage du président chinois en France en janvier 2014 (des fois que le président chinois aurait pas l’adresse de l’Elysée). Mais pourquoi est-il parti 5 jours et avec une telle délégation de 100 personnes composée de 5 ministres, de Martine Aubry, et de nombreux industriels dont le patron d’EDF, Henri Proglio.
Moscovici ayant échoué, Hollande a envoyé un négociateur émérite, le cantonnier de Nantes, pour aller faire l'aumône à Pékin à moins que ce soit pour lui permettre de prendre quelque jours de congé bien mérités aux frais du contribuable. Pourtant les chinois ont été clairs la semaine dernière avec Moscovici : • la France est très compliquée à comprendre, sa fiscalité et ses codes changent tous les jours.• La France ne réussit pas à faire les réformes nécessaires pour rassurer les investisseurs.• la France a un problème de stabilité fiscale et sociale incompatible avec un investissement à long terme.

Mettez de l’ordre chez vous et nous viendrons collaborer.
En fait, la Chine alterne avec beaucoup de pragmatisme la carotte et le bâton et met en concurrence les Européens entre eux, ce qui présente le double avantage de faire baisser les prix et d'éviter toute action concertée contre elle. Ayrault souhaite vendre du nucléaire civil (encore et toujours pour Areva) aux chinois alors que dans le même temps en France Hollande et ses amis d’EELV rêvent de fermer des centrales nucléaires, il y a quelque chose de pas logique dans cette démarche.

Autre avancée significative: la signature d’un protocole d’accord sur la charcuterie française (la grande idée du charcutier de Tulle), par le ministre délégué à l’agroalimentaire Guillaume Garot. Mais rien de concret, il faudra des mois, voire des années pour que les chinois valident l’entrée de ces produits sur leur territoire.
Jean-Marc Ayrault a le sourire aux lèvres. Comment ne pas l'avoir lorsque l'on visite un constructeur automobile qui connaît une croissance à deux chiffres? 25% de croissance par an. Oui, mais ce constructeur est chinois même si ce sont des Peugeot qui sortent des chaines. Ayrault s'adresse ensuite à de jeunes ouvrières de l'usine «Vous aimez Peugeot. Alors on va construire encore plus de Peugeot en Chine». Ce qu’il devrait savoir c’est qu’une Peugeot 3008 coûte entre 20 et 25 000 euros et que la malheureuse aura du mal à se l’offrir avec un salaire mensuel de 400 euros. Et comme dit Montebourg, lui aussi du voyage : «Je sens que Jean-Marc, c'est un spécialiste de la bagnole»

 A Wuhan, Jean-Marc Ayrault, a visité l’usine  commune Dongfeng Motor/Peugeot. Ce constructeur chinois s’est aussi allié à Renault car en Chine, il est impossible pour un industriel étranger de s’implanter sans être associé à un autochtone et sans l’accord du gouvernement chinois. Pour Jean-Marc Ayrault, il ne fait aucun doute que l'avenir de PSA est désormais en Chine, mais pas en France où Peugeot annonce cette semaine la fermeture d’une ligne de production du site de Mulhouse.
Pour Ayrault, la Peugeot «made in China» est vitale pour PSA. En disant cette phrase, il ne va pas aider Peugeot dans ses négociations, cela met les chinois en position de force. T'as raison Jeannot, comme ça on importera des « Peugeot » chinoises et les ouvriers de l'automobile française iront cueillir des champignons... et pointer au chômage.

Comment un (ancien) professeur d'allemand peut-il se croire compétent en management d'entreprise ? Mais qu’est-il aller faire en Chine ?
Toutes ces implantations d’industriels français en Chine n’apportent rien à la France, si ce n’est quelques cadres qui vont s’expatrier. La Chine interdit en fait l’implantation d’usines étrangères en imposant la co-entreprise avec un partenaire chinois qui en règle générale est majoritaire . Cela créé des emplois ...., oui mais en Chine et cela génère de l’impôt et des taxes..., oui mais pour l’état chinois. Et puis quand les chinois auront récupéré assez de savoir faire, de technologies et de brevets, leurs partenaires français seront priés de retourner chez eux.

La Chine, l'Afrique mais quand vont-ils s'intéresser à la France ?
Politique incompréhensible!!
 

Encadré :

Toutes ces guerres pour Areva
La France a tout intéret à stabiliser la région car 50% de l’uranium de ses centrales provient des mines Areva du Niger (celle d'Arlit et celle d'Akokan et une troisième est en construction, à Imouraren). La France a décidé de sécuriser ses mines au Niger grâce au président nigérien, Mahamadou Issoufou, (socialiste comme F.H, ça aide) qui a accepté la présence de forces françaises sur son territoire, alors que son prédécesseur s'y opposait.

Même si la France a des intérêts économiques très clairs dans la région, on nous dit qu’il n'y a pas de lien direct entre l'intervention militaire au Mali et la protection de ces mines d'uranium. Faut-il le croire ? Il est clair que Paris n'a pas intérêt à ce que le conflit malien ou en Centrafrique s'étende et vienne perturber la production d'uranium. Pour l’instant Areva a repoussé l’exploitation de la mine de Bakouma en Centrafrique, en attendant une éventuelle remontée des cours depuis leur chute due à Fukushima. Mais Areva tient à conserver cette mine qui devrait produire 32 000 tonnes d’uranium et les militaires sont un peu là pour cela. L’indépendance énergétique de la France est à ce prix alors qu’il serait plus économique d’acheter l’uranium canadien même un peu plus cher.

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire